Prières de l’été

Le ministre Bernard Drainville ayant décidé de ne pas déposer avant l’automne son projet de charte de la laïcité — rebaptisée charte des valeurs québécoises —, voilà la population renvoyée à la sagesse des barbecues estivaux et du vin rosé !

par Premium content image
Les accommodements raisonnables, un sujet trop brûlant pour l'été ? Le ministre Drainville semble trouver qu'il sera plus propice à la fraîcheur de l'automne...

Les accommodements raisonnables, un sujet trop brûlant pour l’été ? Le ministre Drainville semble trouver qu’il sera plus propice à la fraîcheur de l’automne…

Les Québécois seront mieux disposés à la rentrée, estime le ministre, pour débattre de questions complexes qui les turlupinent depuis quelques années, et qui tournent toutes autour des « accommodements raisonnables » que l’État devrait faire — ou non — pour mieux gérer le pluralisme religieux de leur société. Le tout sans trop perdre du patrimoine historique et culturel auquel une majorité tient encore.

Profitons donc de l’été pour nous préparer au débat…

La Cour d’appel du Québec ayant décrété en mai que la prière, du moins celle au Dieu tout-puissant que le maire de Saguenay, Jean Tremblay, prononce en début d’assemblée, est permise — parce qu’elle ne sert qu’à « solenniser l’ouverture de l’assemblée » —, si on saupoudrait un peu partout des prières, pour vérifier leur effet inoffensif ?

Devant la solennelle commission Charbonneau, des témoins pourraient, par exemple, réciter la prière bouddhiste « en sept branches », qui vise à neutraliser les poisons de l’esprit : orgueil, avarice, agressivité/aversion, jalousie et esprit de compétition, ignorance/stupidité, idée de permanence et égocentrisme.

Au conseil municipal de Montréal, lorsqu’on traiterait d’eau potable — sujet incontournable, selon le vérificateur général —, les citoyens pourraient réciter cette prière mohawk : « Nous tournons nos pensées vers les poissons dans l’eau. Ils nettoient et purifient notre eau. Nous sommes reconnaissants d’avoir de l’eau pure et nous remercions les poissons dans nos eaux. »

Les neurologues estiment que la prière (ou la méditation) a bel et bien un effet (physique et psychologique) sur la personne qui la prononce (ou la pratique). Celui qui prie le Tout-Puissant — dont la Création a mis l’homme au-dessus des animaux — ne regarde pas les poissons comme le fait un animiste ou un bouddhiste. La prière œcuménique qui ralliera tout ce beau monde n’est pas encore écrite…

Pour cette raison, l’idée de permettre aux élus de débattre d’urbanisme, d’assainissement des eaux ou de collecte des déchets sans demander l’aide d’un dieu ou d’un autre semble assez logique.

La prière des élus n’est toutefois qu’une infime partie de ce qui préoccupe une majorité de Québécois. Ils sentent le besoin d’assurer la neutralité religieuse de leurs écoles, de leurs administrations municipales, de leurs services publics. Ils cherchent des garde-fous, une manière de vivre ensemble qui empêchera les extrémistes religieux — chrétiens, juifs, musulmans, sikhs ou autres — d’utiliser la Charte canadienne des droits et libertés pour malmener d’autres droits qui leur sont chers — notamment l’égalité hommes-femmes et le droit de vivre en toute sécurité leur orientation sexuelle. Ils souhaitent que leur gouvernement provincial légifère pour aider les tribunaux à interpréter les demandes du pluralisme.

Quelles formes cette « neutralité » de l’État doit-elle prendre ? Au gouvernement de proposer une voie, pour que l’on puisse débattre.

Tout le monde sait que la route sera difficile. Surtout que ce gouvernement est minoritaire. Mais les Québécois ne sont pas seuls à chercher. En matière municipale, par exemple, des Villes d’Ontario ont opté pour une minute de silence pour solenniser le début des assemblées. En ces domaines, la sagesse confucéenne semble bien les servir : « Le silence est un ami qui ne trahit jamais. »

+
Pout lire le jugement de la Cour d’appel qui donne raison au maire de Saguenay : lactualite.com/priere

2 commentaires à propos de “Prières de l’été

  1. Le ministre a  »peueueueuere » madame Beaulieu! Le gouvernement est un gouvernement de peureux, incapable de se décider comme le maire Jean Tremblay est incapable de mener une séance municipale sans demander l’aide d’une entité supérieur dont l’existence n’a jamais été prouvé. Je ne veux pas ici décrier les croyants mais la religion et ses simagrées n’a pas sa place dans la conduite des affaires de l’état. La religion c’est comme le sexe on doit le pratiquer en privé et non pas sur la place publique.

    • Je ne prie plus depuis 62 ans après avoir été pieuse (J’ai passé mon adolescence dans une école tenue par des religieuses). Ni Dieu ni la prière ne m’ont jamais manqué. A 81 ans j’attends la mort sereinement alors que la majorité des personnes qui croient en Dieu et en une autre vie ont peur de mourir! NM