Socrate contre Duchesne ?

Les étudiants d’aujourd’hui font peut-être partie de la dernière génération qui connaîtra l’université telle que leurs parents l’ont connue.

par Carole Beaulieu
L'édito de Carole Beaulieu - Socrate contre Duchesne ?

Photo : J. Nadeau

Cela n’a rien à voir avec les carrés rouges, qui au printemps dernier ont contesté la hausse des droits de scolarité. Et tout à voir avec des forces qui sont à l’œuvre partout dans le monde, et qui annoncent une révolution fondamentale de l’enseignement postsecondaire.

Le concept de l’université est figé depuis sa création, il y a 1 000 ans, en Europe : des élèves assis dans un amphithéâtre écoutent un professeur. Ils rédigent des travaux, passent des examens, obtiennent un diplôme. À des moments précis, identiques pour tous. Leurs professeurs enseignent et font de la recherche pour progresser dans leur carrière. Tel est le modèle.

Le béton dans lequel ce modus operandi est coulé semble attaqué de toutes parts en ce moment. Par des forces technologiques aussi bien qu’économiques et sociales, qui pourraient faire voler en éclats un modèle désormais inadapté aux besoins de l’époque. Le Québec n’y échappera pas.

Le forum sur l’éducation universitaire, promis par le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, pour le printemps 2013, serait bien mal venu de ne pas prendre en considération ces forces puissantes.

Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup. Plutôt de favoriser quelques expériences.

Au-delà des droits de scolarité, les protestataires du printemps remettaient en question la gestion des universités et la valeur des formations offertes. Protesteraient-ils de la même manière si les universités se réinventaient, comme le souhaite Henry J. Eyring, certaines se spécialisant dans l’enseignement, d’autres dans la recherche ? Si les établissements étaient plus flexibles ?

Imaginons un professeur dont les cours magistraux seraient des capsules vidéo à regarder quand on veut, où on veut – en reve­nant en arrière au besoin, quand l’esprit vagabonde. Ima­ginons que l’étudiant puisse ensuite rencontrer son professeur individuellement ou en groupe – face à face ou sur un écran d’ordinateur, grâce à des logiciels comme Skype – pour des discussions et des échanges.

Libérée de la tyrannie des cours obligatoires offerts à certains moments de l’année, l’éducation universitaire entrerait dans une nouvelle ère, logistique comme financière.

Un étudiant pourrait obtenir en quelques mois un diplôme que d’autres mettraient deux ans à décrocher. Il rechignerait peut-être moins à payer plus cher pour un tel niveau de personnalisation du service. Évidemment, il faudrait bousculer pas mal les horaires et l’organisation du travail des professeurs. Mais les amphithéâtres seraient moins bondés.

Il y en aura pour rejeter ce nouveau monde, de la même manière que Socrate, dans l’Anti­quité, a rejeté l’idée qu’un être humain puisse apprendre par la lecture ! Eh oui ! La « vérité », disait Socrate, fervent défenseur de la tradition orale, ne pouvait venir que du dialogue. (À ce chapitre, il faut lire l’excellent numéro de septembre du magazine Philosophie, « Pourquoi nous n’apprendrons plus comme avant ».) Ceux qui ne jurent que par le dialogue que favorisent les réseaux sociaux ont donc un allié, le bon vieux Socrate !

Nos sociétés disposent aujour­d’hui des outils technologi­ques permettant de créer des universités sous des formes nouvelles, moins onéreuses. Oserons-nous ?

 

ET ENCORE

HEC Montréal innove cet automne avec EDUlib, un campus virtuel qui offrira à compter du 12 novembre des cours universitaires de gestion. Pas de diplôme à la clé, mais une attestation. Pour s’inscrire, cliquez ici.

Impossible d'ajouter des commentaires.