La Charte, le voile, le bébé et l’eau du bain

Faut-il interdire les mariages intraculturels, les maternités multiples, le travail, le non-travail, la nudité et le voile, sous prétexte que toutes ces conditions peuvent parfois être imposées aux femmes contre leur gré ?

par
Drainville_charte

Photo: Jacques Boissinot/Presse canadienne

C’est aujourd’hui que Bernard Drainville a finalement déposé son projet de loi. La Charte a encore changé de nom, mais la substance est essentiellement intacte.

Tout a déjà été dit. Sur ce seul blogue, sur le seul sujet de la Charte, j’ai publié 15 billets depuis trois mois. Celui-ci sera le 16e. On compte des centaines d’articles publiés dans tous les journaux et magazines, sans compter des milliers d’heures de diffusion radio et télé consacrées à cette nouvelle crise identitaire.

Il n’y a aucune nécessité d’agir, mais ce n’est pas grave. Les arguments officiels ne tiennent pas la route, mais ce n’est pas grave. Les trois derniers chefs du PQ se sont prononcés contre la Charte actuelle, mais ce n’est pas grave. La Commission des droits de la personne du Québec a démoli le projet de Charte actuel, mais ce n’est pas grave. Bernard Drainville ne sait pas compter, mais ce n’est pas grave.

La seule chose qui compte, visiblement, c’est de créer un nouvel axe de polarisation politique au Québec, et tenter d’en tirer profit au plan électoral. Même les jeunes du PQ ne sont pas certains de vouloir embarquer dans ce cynique combat d’arrière-garde.

Après avoir vainement invoqué la laïcité de l’État, puis sa neutralité, puis la montée de l’islamisme, l’ultime argument du Parti québécois — vastement diffusé par les «Janettes» — consiste à dire que l’interdiction du voile dans la fonction publique et parapublique est justifiée par la nécessité de protéger l’égalité homme/femme et de préserver la liberté de ces dernières. Considérant que les femmes portant le voile seraient «folles» et/ou contrôlées par les hommes autour d’elles, il s’ensuivrait qu’interdire le voile favoriserait leur santé mentale et/ou leur liberté.

Malheureusement, ce «raisonnement» est fatalement paternaliste et très loin de la réalité. La question du voile, et des signes religieux en général, ne se réduit pas à une analyse simpliste de 200 mots rédigés au crayon de cire.

Il y a certainement des femmes musulmanes qui portent le voile à cause d’une pression familiale ou sociale. Mais d’autres le portent librement — parfois même à l’encontre des voeux de leur famille.

Il y a certainement des femmes, d’origines diverses, qui sont forcées d’épouser des hommes de leur communauté ethnique ou culturelle contre leur gré. Et plusieurs autres qui le font naturellement et librement.

Il y a certainement des femmes, d’origines diverses, qui sont forcées d’avoir plusieurs enfants alors qu’elles n’en veulent pas, ou plus. D’autres femmes choisissent librement les maternités multiples.

Il y a certainement des femmes, partout sur la planète, qui sont forcées de demeurer à la maison contre leur gré. Et d’autres qui sont forcées de travailler. Certaines femmes, ici et ailleurs, sont forcées de se dénuder pour fins d’exploitation sexuelle. D’autres sont voilées intégralement contre leur volonté.

Faut-il interdire les mariages intraculturels, les maternités multiples, le travail, le non-travail, la nudité et le voile, sous prétexte que toutes ces conditions peuvent parfois être imposées aux femmes contre leur gré? Évidemment pas. Il s’agirait d’un manque de discernement flagrant et d’une dérive grave de l’obsession du mur-à-mur.

Dans les sociétés occidentales modernes, les femmes peuvent, ou non, épouser des hommes de leur propre groupe culturel: l’essentiel est qu’elles le fassent librement. Les femmes peuvent travailler à l’extérieur de la maison, ou non: l’essentiel est qu’elles le fassent librement. Les femmes peuvent faire des enfants, ou non: l’essentiel est qu’elles le fassent librement. Les femmes peuvent porter des décolletés et des mini-jupes, ou non: l’essentiel est qu’elles le fassent librement. Et les femmes peuvent porter le voile, ou non: l’essentiel est qu’elles le fassent librement.

En dehors des considération d’ordre et de sécurité publique, le rôle d’un gouvernement ne consiste pas à imposer ou interdire des choix privés au nom d’un collectivisme ethnocentrique, mais à garantir que ces choix soient exercés librement, sans contrainte ni oppression.

Dans ce contexte, les États authentiquement préoccupés d’égalité des sexes et de lutte à l’oppression des femmes devraient déployer les programmes publics et les interventions ciblées qui sont nécessaires pour libérer celles-ci de l’oppression particulière dont elles sont victimes, individuellement, sans pour autant violer la liberté de toutes les autres. C’est une mission importante et proactive, qui relève du travail social et communautaire, au même titre que l’accompagnement et la protection des femmes battues ou des enfants maltraités.

Or en invoquant l’égalité homme/femme et la lutte à l’oppression pour justifier l’interdiction des signes religieux dans la fonction publique, le gouvernement du Québec fait preuve de simplisme grossier, assimilant d’emblée ces signes à une oppression quelconque, sans considération pour ceux et celles dont le choix est libre. Plutôt que d’identifier et d’aider les personnes opprimées — quelles qu’elles soient, et pour quelque raison que ce soit — on supprime arbitrairement la liberté de tous, jetant ainsi le bébé avec l’eau du bain.

Un gouvernement responsable et au service de tous les citoyens aurait agi avec discernement et mesure, ciblant ses propositions sur l’aide aux victimes et respectant par ailleurs la liberté des autres. Malheureusement pour le Québec, le gouvernement a fait un autre choix.

29 commentaires à propos de “La Charte, le voile, le bébé et l’eau du bain

  1. C’est une telle honte. C’est un moment triste pour la province.

  2. Faut respirer un peu par le nez. Il est seulement demandé aux employés de l’État d’enlever leurs signes religieux sur la job…point. Ça serait permis partout ailleurs, au Québec, en dehors du travail gouvernemental provincial. Ce n’est pas la fin du monde, pas plus que de demander le port d’un costume au travail serait la fin du monde de la liberté d’expression et de religion.

    • Bien d’accord, M. Bousquet. Cessons de faire peur au monde.

      • a quand une annonceuse de nouvelle, voilée a la télévison?
        vraiment……. c,est quoi c,est niaiserie la? tu veux mettre ton voile
        en TOUT temps . désolé mais il y as un temps pour chaque chose! et moi je ne veut pas de symbole religieux dans les metiers ou ta visibilité est de nature publique1

        • Chacun ses choix MIUF, moi je ne veux pas de chandail du Canadien de Montréal car je ne les aime pas, il faudrait aussi une charte, c’est très ostentatoire un chandail du Canadien et comme un crucifix, en voyant un chandail, je risque de virer fan du Canadien, c’est bien connu.

          En passant, comme il n’y a même pas d’annonceuse afro-américaine, chinoise ou indienne, on est loin d’avoir une animatrice voilée… et selon la charte, elle aurait le droit de toute façon, ça donc quoi finalement la Charte ? Ah oui, de la belle chicane pour la politique.

          • Vous écoutez pas souvent les nouvelles?
            La numéro un au Téléjournal, celle qui a la plus grosse job, est une Eurasienne. Et elle lit les nouvelles avec un accent différent du peuple auquel elle s’adresse ce qui est sans doute unique au monde.
            Y’a aussi une Éthiopienne qui l’a remplace parfois.
            En économie on a droit à une Haitienne.
            Imaginez ca en Russie? En Corée? Au Japon?
            Les Québécois sont les gens les plus tolérants au monde.

  3. Un jour triste pour le Québec. Le Québec qui a accueilli et accepté depuis des siècles, voit ses enfants divisés et déchirés. Quel malheur.

  4. (1)

    « Dans les sociétés occidentales modernes, les femmes peuvent, ou non, épouser des hommes de leur propre groupe culturel: l’essentiel est qu’elles le fassent librement. »

    Mais on fait quoi dans le cas de l’endoctrinement …

    On la voit la liberte des femmes juives hassidique … dans le film dernierement …

    Endoctriner de l’enfance, l’adolescence … c’est ben sur que t’es libre …

    (2)

    Au dela des mariages intraculturels …

    Les religions dans leur grande ouverture proposent pour l’essentiel des mariages intra-confessionnel …

    Et si un des conjoints est d’une autre religion dans leur grande ouverture ont lui propose de se convertir …

    Je veux bien … mais qu’on reconnaisse la fermeture du projet …. qu’on reconnaisse haut et fort que ces gens sont ferme sur eux meme …

    (3)

    Ensuite pour des sectes comme la communaute hassidique ou on vit en reclus on pourrait se garder une tite gene avant d’evoquer la fermeture des quebecois …

    Alors que le projet laisse pas de liberte aux femmes … et oui il y a de la pression pour se marier entre eux …

    Et oui leur ecole respecte pas la liberte de conscience des enfants …

    Le reel c’est ca …

    —-

    (4)

     » C’est une mission importante et proactive, qui relève du travail social et communautaire, au même titre que l’accompagnement et la protection des femmes battues ou des enfants maltraités. »

    La sophisme de l’homme de paille …

    C’est bien au dela de la simple maltraitance des enfants …

    L’endoctrinement il me semble devrait pas etre permis ….

    Dans votre societe de droit Jerome la liberte de conscience des enfants c’est tu important ? Il me semble c’est dans la charte non ?

    Ils auraient des demi droit les enfants ?

    Comment peuvent-ils avoir ensuite une vraie liberte d’expression ….

    (5)

    Les religions proposent des projets d’uniformisation …. tout le monde croit au meme dogme, meme precepte …les memes regles …

    Les religions c’est pas la diversite c’est l’uniformisation … et chacune d’entre elle se presente comme la seule facon de vivre … le seul projet …

    Les religions c’est la categorisation a outrance de tout et rien … difference entre mecreant /croyant, bon croyant, mauvais croyant, femme/homme, couple marie vs pas marie …

    Les religion c’est la discrimination des femmes et homosexuels …

    Les religions c’est le non respect de la liberte de conscience des enfants …

    Les religions c’est faire des unions a l’interieur de la meme religion et c’est contraire a l’ouverture ….

    Le reel c’est ca ….

    (6)

    Anyway les opposant sont responsable de leur propre turpitude …

    Sur le fond ils ont le droit de pas etre derange par le non respect de la liberte de conscience des enfants …..

    Mais qu’ils acceptent d’etre vu comme tel …

  5. Bien qu’il soit connu sur les blogues de L’actualité que je ne sois pas en faveur de cette Charte, ni de quelle qu’autre que ce soit, j’aimerais préciser que le projet de loi 13-60 plus précisément — que je me suis donné la peine de lire –, qu’il ne traite pas de la liberté de choix des femmes quelle qu’elles soient. Ce projet vise essentiellement à réaffirmer la neutralité de l’État comme principe fondamental de la laïcité, ce qui inclut bien sûr la neutralité religieuse au même titre que la neutralité politique et toutes formes de neutralité qui doit être mise au service des administrés.

    En somme, le but recherché, c’est de donner une bonne administration aux citoyens que nous sommes. Qui peut être contre, contre ce qui relève du bien et de la vertu ? Certainement pas moi.

    De la même façon, le législateur entend préciser que ce qui régit le Québec, ce sont bien les principes de la laïcité, ce qui présuppose entre autre une séparation claire et sans équivoque de ce qui relève du domaine de l’administration publique et de ce qui relève du domaine religieux.

    Tout pareillement, le législateur réaffirme que les femmes et les hommes du Québec jouissent de droits (et aussi de de devoirs) en tous points identiques.

    La question n’est donc pas de savoir si ces principes conviennent ici et pourquoi ne conviendraient-ils pas, c’est plutôt de savoir si la forme actuelle donnée au texte de loi rejoint effectivement les objectifs recherchés. Et là, je n’en suis pas sûr !

    Ce qui m’inquiète c’est de voir que depuis 1975, date à laquelle la Charte des droits et des libertés du Québec a été promulguée, on n’aurait comme pas avancé. On n’aurait pas recruté des fonctionnaires qui placent la neutralité et l’égalité au cœur de leur charge ; on n’aurait toujours pas réussi à passer au travers de toute notre population que nous sommes toutes et tous égaux ; comme par ricochet on enverrait aux immigrants et aux nouveaux arrivants un message suivant lequel nos valeurs fondamentales ne comptent pour rien lorsqu’on peut comme on veut ou bien garder les siennes ou bien en adopter de nouvelles.

    Ça m’a tout l’air que dans ce cas, ce n’est pas de loi dont on a besoin, mais de pas mal plus de pédagogie et… cela commence dès l’école d’après moi. Cela nous envoie comme message que nos valeurs justement ne passent pas le test. Peut-être conviendrait-il alors d’en changer.

    Ce qui m’ennui, c’est qu’au lieu de nous regarder tels que nous sommes, dans notre apparente médiocrité, on décide de travestir la vérité pour pointer du doigt un petit groupe de renégates ou de renégats qui vont par la force de la loi servir d’exemples et de « boucs ou de chèvres émissaires » pour tout le reste de la communauté qui croit bon par ses actes d’ignorer la loi. — N’est-ce pas dégueulasse ?

    Ce qui m’excède, dans ce projet de loi, c’est que le gouvernement en particulier et les ministres en charges vont jouir d’un pouvoir régalien pour déterminer ce qui relève de l’accommodement ou bien pas. Ce qui me déplait, c’est de constater qu’en cas de litiges (et il y en aura), les gens ordinaires (fussent-ils fonctionnaires) n’auront d’autres recours que les tribunaux pour défendre leur liberté d’être ce qu’ils sont et leurs droits de se parer en harmonie avec ce qu’ils (elles) sont.

    Ce qui me déplait, c’est que toute personne qui à l’avenir serait tenté d’accéder à la fonction publique et qui en même temps a des convictions religieuses, devra renoncer à ces emplois pour ne pas nuire avec ses convictions. De telles lois avaient cours dans le monde encore au 19ième siècle. Pas chez nous maintenant !

    Sous prétexte de préciser et d’uniformiser certaines pratiques dans la fonction publique et parapublique, nous allons faire reculer le droit des citoyens qui immanquablement devront eux-aussi à terme se conformer à la Charte ; s’ils veulent être servis avec neutralité par leurs fonctionnaires. Car la relation du citoyen avec celui qui est au service l’État est en quelques sortes de type narcissique. Nos fonctionnaires sont à notre image. Ils nous ressemblent, ce sont nous, nous sommes eux, ils sont comme vous et moi et moi je suis comme eux.

    — Lorsqu’il n’y aura plus que des robots aux commandes. Nous serons nous aussi devenus des robots. Nous serons devenus en quelques sortes beaucoup plus faciles à formater.

  6. Encore une fois, on se concentre sur un seul des éléments de cette charte (le port des signes religieux ostentatoires) pour la discréditer totalement.

    On dit qu’il n’y a pas d’urgence d’agir ou qu’il n’est pas justifié d’agir, certains sont d’avis que « le fruit n’est pas mûr » que le Québec n’est pas prêt, qu’il vaudrait mieux attendre. Certains politiciens (ceux du PLQ et de QS particulièrement) sont contre plusieurs article de la charte proposée clairement pour une question partisane leur clientèle naturelle concentrée sur l’Ile de Montréal étant la plus frileuse pour ne pas dire réfractaire à cette charte ces politiciens adoptent la même position et ce même si plusieurs voix représentant les populations en question se sont dites en valeur de la charte.

    Les affrontements de points de vue sur cette question opposent les droits individuels aux droits collectifs et l’existence d’une charte canadienne qui priorise les droits individuels tandis que la nouvelle charte québécoise donne priorité à quelques droits collectifs complique le débat (le gouv Fed allant jusqu’à contesté la légalité / validité de la charte québécoise ! )

    Le ministre l’a souligné à plusieurs reprises, plusieurs responsables d’institutions publiques de la grande région de Montréal ont déjà réclamé des balises, des critères pour mieux faire face aux nombreuses demandes d’accommodements, le besoin est réel, laisser aller ou laisser faire ou demeurer dans le flou n’est pas une option raisonnable pas plus que de tarder à passer à l’action.

    Énoncer clairement et officiellement dans quelle direction et jusqu’où le Québec veut aller comme État laïque, encadrer, baliser cette position, l’inscrire dans une charte est courageux de la part d’un gouvernement, et heureusement le PQ a ce courage.

  7. Bon matin à tous,

    Finalement le projet est déposé et c’est reparti. Jusq’à hier, je m’étais fait mon idée: J’étais pro-charte. Mais ce matin, je relis les réactions et je me remets à douter.Pourquoi? Certes, je n’inclue pas les réactions du parti libéral québécois ou canadien, ils seront tous contre. Je rigole de la position du NPD de M.Mulcair qui veut envoyer tous ceux, y compris les musulmans qui voudront contester chez Me Grey, un Juif….intéressant et gratuit en plus! Mais je doute parce que je viens de lire votre texte Monsieur Lussier. Vous avez de bons arguments mais je me dis qu’un journaliste devrait être plus objectif que cela car je n’y vois que du négatif et encore du brasse-québécois ( on est donc stupides nous les québécois, d’oser avoir une opinion qui va à contre-courant de l’Amérique du nord anglo-saxonne…). Je ne dis pas que c’est ce que vous dites Monsieur Lussier, c’est ce que vous écrivez qui me laisses ce gout amer…Par contre, j’ai lu ce matin Josée Blanchette dans le Devoir sur les médecins qui osent s’exprimer car ce sont des humains. On aime mieux un médecin qui affiche ses convictions qu’un autre qui serait en burn-out et ne le dit pas. La clé dans tout cela c’est d’avoir le choix. Mais en matière de médecin, on n’a pas vraiment ce choix devant la maladie et la rareté des ressources. On doit donc se fier aux règles éthiques..Tiens tiens, voilà la clé. Les règles éthiques sont définies par une société, un groupe professionnel… donc elles sont décidées en groupe et du côté des droits collectifs plutôt qu’individuels… Nous avons le droit en tant que peuple de limiter certains droits individuels. Après tout, c’est ce qui est derrière la Charte de la langue française… Alors, je continue à appuyer l’exercice de nos droits collectifs car c’ est la seule porte de sortie. Et elle se trouve même cette garantie dans la Constitution Canadienne via la clause dérogatoire…Haha

  8. Pauvre Jérôme
    Tu n’a rien compris, va faire un tour en France ,Belgique ,Hollande etc.etc.ou même un pays musulman
    Y a pas plus libre qu’ici

  9. J’ai rarement vu autant de sophismes dans un texte aussi court que le vôtre.
    Il y a un principe sacré en droit qui veut que non seulement il y ait impartialité de la part des tribunaux mais également « apparence d’impartialité ». Le même principe doit s’appliquer aux employés de l’État. À compter du moment où l’État décide d’inscrire le principe de neutralité et celui du caractère laïc dans la Charte québécoise, il doit être conséquent avec lui-même et s’assurer que les services rendus par ses employés aux citoyens soient non seulement neutres mais en plus il doit y avoir apparence de neutralité.
    Ce projet de loi remplit bien ces deux conditions. Dans son application, il prévoit une période d’adaptation qui permettra aussi bien aux institutions qu’aux personnes d’en bien absorber la portée et la signification.
    Dans le passé, une seule religion dominait le paysage de bien des contrées et cette religion était explicitement ou implicitement acceptée par toute la population. Aujourd’hui, avec les phénomènes d’émigration et d’immigration, plusieurs religions se chamaillent pour avoir sa place de choix. Et ce, dans toutes les sphères de la société.
    L’État ne doit pas devenir un champ de bataille pour réformistes et intégristes de quelque religion que ce soit. L »État doit être totalement neutre, aussi bien dans les faits que dans les apparences.

  10. Il ne faut pas confondre sentiments religieux et l’expression des sentiments religieux. Avec cette charte, les sentiments religieux ne sont nullement touchés. Quant à l’expression des sentiments religieux, il est normal d’en vouloir limité le champ. Nous l’avons déjà fait quand nos cours de justice ont rappelé aux Mormons polygames de Colombie-Britannique que l’expression des sentiments religieux avait des limites et qu’au Canada la monogamie avait bien meilleur goût. De même pour les Doukhobors, dans cette même province, qui doivent se vêtir quand ils vont en ville.

  11. Même si je ne suis pas péquiste je suis fier de cet effort pour éviter les problème rencontrer dans plusieurs pays avec des quartiers complètement monopolisé par ces croyance du moyen âge appliquer dans la vie courante
    La charte c beau mais la gestion de l’immigration c mieux

  12. D’autant plus que les députés ne sont pas assujettis à cette charte, ils décideront entre eux le droit de porter ou non des signes religieux ostentatoires. Pourtant, ce sont eux qui font les lois, donc ce sont ces députés qui sont les premiers représentants de l’État laïque. Où est la rigueur?
    Plusieurs éléments de cette charte sont valables et défendables, alors membres du parlement, trouvez une solution de compromis et cessez de faire de la PETITE POLITIQUE.

  13. Avec cette charte le PQ confirme qu’il est le gouvernement des Québécois de souche uniquement et que toutes les minorités, qu’elles soient religieuses,ethniques ou raciales chercheront ailleurs une représentation politique. Ce qui sonne le glas pour une souveraineté éventuelle du Québec car les minorotés représenteront un plus importante partie de la population à l’avenir dû essentiellement au faible taux démographique de Québécois de souche.

    C’est quand-même ironique que pour des raisons purement électoralistes, le PQ se trouve à mettre lui-même le dernier clou dans le cercueuil de la souveraineté. Il le fait sans provocation, sans arguments documentés mais uniquement pour se garder au pouvoir. Misère.

    • Avec une moyenne de migration totale de 22 456 migrants par année depuis 1986, c’est pas demain que les québécois dit de souche vont se faire enterrer par des immigrants.

  14. Article démagogique s’il en est un. Il est vrai que le dépôt de cette charte est électoraliste, mais de là à la démoniser il y a un pas que l’auteur n’aurait dû franchir. Il est plus que temps que nos élus balisent les accommodements supposément raisonnables. De là à dire que l’article 5 de cette charte ne doit pas être revu et modifié, il y a un pas que je ne franchirai pas. Cet article ne concerne que très peu de gens. Quand on sait ce qui se passe en France, Belgique , en angleterre…il est plus que temps que nos élus mettent les freins à ces excès accommodants. La nature a horreur du vide et certains l’on compris et s’empressent de prendre cette place laissée vacante.
    Si la tendance se maintient, la croix sur le mont Royal disparaîtra et notre hymne national sera modifié….par accommodements plus que déraisonnables. Il est plus que temps que l’on légifère. Assez c’est assez.

  15. Il est attristant d’entendre les Janettes manifester une telle peur de quelques musulmanes voilées. Ces « compagnes de route » du féminisme engagé et authentique (telle Françoise David que je respecte) devraient prendre note que dans cette France républicaine qu’elles admirent tant, devenue laïque et libérale en 1905, l’anticléricalisme primaire a refusé le vote aux femmes pendant près de cent ans (obtenu en 1944 seulement!) sous prétexte que celles-ci étaient soumises aux curés et que ces derniers contrôleraient leurs votes dans le confessionnal! (Lire la « Laïcité falsifiée » de Jean Baubérot). Leur procès d’intention contre la femme voilée est de la même eau. Toutes les femmes doivent être libres, de leur mari, mais aussi des politiciens intégristes.
    Enfin, pour être logique et à l’abri de tout soupçon d’électoralisme, le gouvernement du Parti Québécois devrait proposer d’imposer le port de l’uniforme (une seule couleur, pantalons bouffants, tuque des patriotes, boutonnés jusqu’au cou) à tous ses fonctionnaires et abolir les subventions aux écoles confessionnelles. La réaction des parents et des fonctionnaires démontrerait le dogmatisme absurde et dangereux de sa position. Mais le PQ a choisi de faire la chasse aux sorcières, parce que c’est mobilisateur et payant au plan électoral. À vaincre sans péril on triomphe sans gloire.

  16. Je ne sais pas si je me trompe, mais les employés de l’état sont tenus de se vêtir? Et…ils laissent leurs enfants multiples à la garderie? Je pense que leur vie personnelle n’a rien à voir avec leur emploie. Et si ils veulent vendre des Tupperware durant leurs congés, et ne jamais se reposer, ça ne regarde qu’eux…
    Enfin, vous voyiez l’idée?

  17. C’est une perte de temps incroyable et la démonstration que nos dirigeants gaspillent le peu de ressources que nous avons pour créer une suite interminable de crises.

  18. Je ne sais pas si la charte est le meilleur moyen, mais je n’aime pas les signes religieux. quand je travaillais en Algérie, les photos de diplômés universitaires montraient des femmes en minijupes dans les années 70, le premier voile en 1980, une majorité de voiles à la fin des années 80. le directeur m’expliquait qu’une femme en vêtements occidentaux devait garder ses distances avec les hommes et prendre garde à tous ses comportements. une femme voilée pouvait marcher main dans la main avec son ami et aller flâner au parc. le voile, c’est la liberté, mais c’est malade aussi. les signes religieux ostentatoires servent à affirmer l’identification au groupe religieux de façon prioritaire, ce qui est un frein à l’intégration à la société civile. plusieurs femmes se plaignaient que leurs filles les traitaient de putains parce qu’elles refusaient de se voiler. ce n’est pas un simple tissu religieux dont on parle, c’est un symbole objet de manipulation. rien d’autre, même si c’est très ancien et qu’il en était de même dans les sociétés chrétiennes il y a mille ans. nous en sommes sortis et bien contents de l’être
    les propos de M Lussier sont profondément manipulateurs, le fait que les religions ne valorisent pas la liberté mais bien le respect de leurs normes ne lui a pas effleuré l’esprit. tout comme l’idée que la liberté de refuser de s’intégrer provoque d’autres problèmes à long terme

  19. Mr. Le fin mot de la charte et son objectif c’est la laïcité de l’état.Et il faut être déconnecté de cette réailté pour énoncer une telle question dans votre billet.Je n’ai pas lu vos autres billets, mais s’ils sont de la même trempe,je suis content de ne pas avoir perdu mon temps à vous lire.

  20. La réponse à votre question est « Non ». Ce qu’il aurait FALLU faire, c’est de prévenir tout ce désastre en ne courant pas après l’immigration de personnes dont la culture ne s’accorde pas avec la nôtre.

  21. Les députés vont décider si le crucifix demeure ou pas a l’assemblé nationale, ils vont décider pour la  »populace » en général si elle peu porter des signes religieux au travail . Eux aux travail vont pouvoir regarder un individu se faisant torturer sur une croix. Faut franchement être dérangés mentalement pour être députés et s’assoir dans une enceinte et décider de l’avenir et des lois d’une société en présence d’un individu qui se fait torturer sur une croix accrochée au mur de cette enceinte. La religion c’est comme le sexe cela devrait se pratiquer en privé!

  22. Quelle incohérence que de parler de droit individuel à propos du port du voile islamique! Quelle liberté ont ces musulmanes? On leur a mis en tête des idées absurdes sur Allah et son prophète, on les a convaincus que les hommes sont supérieurs, qu’elles doivent être soumises (sans même mentionner ce que beaucoup d’entre elles doivent subir du genre excision, mariage forcée, lapidation pour les femmes adultères, etc.). Des Les

    Les personnes bien renseignées concernant le coran disent qu’il n’est dit nulle part que le voile est obligatoire. Pourquoi donc ces musulmanes qui travaillent dans la fonction publique ne peuvent enlever le voile pendant leurs heures de travail? Qu’est-ce qui pourrait arriver? Il y en a qui ont une tenue sévère. Mais certaines portent leur voile comme une parure et s’exhibent à la télévision. Pensez-vous que c’est ce que le prophète souhaitait, à supposer qu’il demande aux femmes de porter un voile, sûrement par modestie! ?Ces musulmanes très chics, avec des vêtements luxueux, maquillées, vous y croyez à la profondeur de leur foi, à leur modestie? Ce sont des aguicheuses! Sans compter qu’elles sont des militantes!

    A propos des voilées qui travaillent dans les CEP et qui sont si compétentes qu’on ne peut pas se passer d’elles, on pourrait croire qu’elles sont irremplaçables. Combien d’années d’études elles ont faites pour cet emploi? Elles peuvent très bien être remplacées par de jeunes Haïtiennes. Mes compatriotes sont d’excellentes infirmières dans les hôpitaux. Elles seraient sûrement très bonnes dans les CPE. Elle ne portent pas de voile ni de signe religieux ostentatoires. A moins que…A moins que la couleur de leur peau dérange les parents. C’est sans doute mieux une peau blanche, même avec un voile. Que pensent les parents? J’en ai assez d’entendre parler de racisme et de xénophobie par des personnes qui n’ont aucun argument valable contre la charte et s’en servent comme d’un épouvantail. C’est trop facile. Justin Trudeau n’est pas raciste? C’est tout de même bizarre qu’il ait choisi de se faire élire dans une circonscription où la députée était une immigrante noire. Il savait qu’il pouvait la déloger avec une grande facilité. Tous ces intellectuels qui sont contre la charte veulent faire croire qu’ils ont horreur du racisme et de la xénophobie. Ils n’ont pas à le
    prouver, c’est facile de le proclamer et de traiter le Gouvernement péquiste de raciste, de parler de la charte comme une « honte »! Les personnes de couleur savent à quoi s’en tenir sur ces déclarations contre le racisme et la xénophobie. Elles ne sont pas dupes! Nadine Magloire

  23. Bonjour,

    M’enfin ? Voilà le comportement habituel de Parti Québécois qui faute de mieux cherche à en découdre par la confrontation. En se campant dans une position d’extrême droite comme le Front National et le Vlaams Blok sur le Vieux Continent. En se présentant comme de vraies « guidounes » comme les seuls défenseurs attitrés de ce p’tit peuple qui a « tant mais tant souffert BEN PLUSSE que tous les Autres ». Ainsi, nos « Janettes nationales » que sont nos nationalistes québécois partent en « croisade » contre les  » meuchants  » qui « font du prosélytisme » d’après eux autres en portant des signes ostentatoires. Est ce que ceux comme tous ces « Janettes » nationalistes du trognon vont laisser eux aussi au placard les signes ostentatoires de leur religion nationale soit les chandails du Canadien et des défunts Nordiques ? Heureusement que dans cette province disons bien en retard sur les Maritimes, le ridicule ne tue pas quoique pourtant ? Haro sur les baudets, haro sur nos Janettes nationalistes du trognon….. Au plaisir, John Bull.

  24. Le débat porte surtout sur un point précis: les pro-charte soutiennent que le port d’un signe religieux est une forme de prosélytisme, les anti-charte disent le contraire. Ces derniers ont l’appui de la Commission des droits , mais les avis de la Commission des droits n’est pas parole d’Évangile. Étant donné ce que nous savons de l’islamisme et de sa première ligne d’attaque, qui consiste à faire porter aux femmes musulmanes l’étendard de leur idéologie, qui sert à marquer les territoires de ses nouvelles conquêtes, il est selon moi tout à fait légitime de lui barrer la route, du moins dans les institutions relevant de l’État. Je comprends qu’on peut être en désaccord et considérer le voile islamique comme un «simple bout de tissu». Cette position qui repose sur un très épais socle d’ignorance et d’insouciance me paraît intenable, mais bien des gens sont de cet avis. On est multiculturaliste ou on ne l’est pas. Si les pro-charte ont raison sur ce point précis (le port du voile constitue une forme de prosélytisme) ils ont raison de vouloir protéger la neutralité de l’État en interdisant à ses employés de se livrer à cette forme de prosélytisme dans le cadre de leurs fonctions, comme dans le cas des insignes politiques. Dans cette optique, l’argument de Jérôme Lussier (l’important est qu’elle le fasse «librement») est une manoeuvre de diversion. Qu’elle porte son voile librement ou non n’a aucune espèce d’importance. Quelqu’un qui enfreint «librement» une loi ou un règlement a d’ailleurs un comportement plus répréhensible que celui qui le fait par ignorance ou contraint et forcé par son mari, sa famille ou son milieu. Que dirait-on d’un zouf qui afficherait la svastika ? Qu’il ne faut pas s’y opposer s’il le fait «librement»?