Environnement: les trois grands partis échouent le test des groupes écologiques

par

MONTRÉAL – Même s’ils affirment vouloir combattre les changements climatiques, aucun des trois partis les plus susceptibles d’obtenir le pouvoir à Québec ne propose des mesures concrètes pour y parvenir, concluent des groupes environnementaux.

Ils ont distribué des notes de manière à départir les différentes formations en ce qui concerne les enjeux liés aux changements climatiques et à l’environnement.

Seuls trois partis ont franchi la note de passage.

Québec solidaire a obtenu le plus haut score avec 98 pour cent, suivi du Parti vert à 96 pour cent et d’Option nationale à 75 pour cent. Le Parti québécois récolte pour sa part 45,5 pour cent, les Libéraux 33 et la Coalition avenir Québec ferme la marche avec 28 pour cent.

En tout, 17 questions ont été considérées, notamment sur l’adoption d’un plan de lutte contre les changements climatiques, des stratégies pour réduire la consommation de pétrole, l’adoption de d’une politique énergétique ainsi que le développement et l’électrification des transports collectifs.

L’appui accordé au projet de pétrole des sables bitumineux et au pétrole de schiste d’Anticosti creuse le fossé entre les partis.

«Outre les belles paroles, il y a un grand écart entre la parole et les actes», retient Patrick Bonin, responsable de la campagne Énergie et climat de Greenpeace.

Ce bulletin et les questions qui ont été retenues, ont été élaborés par l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Environnement jeunesse, Fondation David Suzuki, Greenpeace, Nature Québec, Société pour la nature et les parcs (SNAP) et Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada).

Impossible d'ajouter des commentaires.