On tue la Une: Le Québec fait plus avec moins!

par

Nous interrompons le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le Québec est dans le Top 2 du Vivre Mieux de l'OCDE. (Image suggérée par l'alertinternaute Léon Blanc-Sec)

Permettez moi de reprendre cette série du vendredi avec une citation d’une plume économique respectée du Québec. Je souscris parfaitement à ce qu’il dit:

Les mesures globales de richesse, basées sur le PIB, ou encore sur les revenus du marché, nous donnent une idée de la grosseur de la tarte. Mais une société riche n’est pas nécessairement une société heureuse. Le bien-être dépend d’une foule de choses, de la façon dont on partage cette tarte et de ce qu’on y met. Pour cette raison, l’OCDE a mis au point une approche plus fine pour mesurer le bien-être, intitulée Vivre mieux, dont j’ai déjà parlé lorsque l’organisme a publié ses premiers résultats.

Dans l’étude du CIRANO, les économistes Luc Godbout et Marcelin Joanis ont eu l’excellente idée d’appliquer la méthode au Québec, et de classer le Québec pour la vingtaine d’indicateurs – logement, revenu, emploi, démocratie, santé, éducation, etc. Le Québec dépasse parfois le Canada, parfois non. Mais en fin de compte, il arrive en tête, avec le Canada et l’Australie.

Le Québec est donc une société relativement pauvre – au 20e rang de l’OCDE, sous la moyenne – mais à la qualité de vie élevée. Ses retards en terme de richesse brute sont compensés, grâce, entre autres, à sa répartition des revenus, ses politiques publiques, sa cohésion sociale. En quelque sorte, le Québec réussit à faire plus avec moins.

Enfin! Il y a donc de l’espoir même pour Alain Dubuc, l’auteur de ces lignes. Merci mille fois à Luc Godbout et Marcelin Joanis d’avoir réussi à faire passer ce concept.  Notre tâche est de faire en sorte que le Québec continue à avoir les moyens de faire plus, non seulement avec moins, mais avec plus. (Les États-Unis, par exemple, font moins avec plus. Les Scandinaves font plus avec plus.)

Voici un graphique intéressant tiré du très bon livre de Godbout, Joanis et de Marcellis-Warin, Le Québec économique/Un bilan de santé du Québec 2011.

Ils ont calculé pour le Québec le niveau de satisfaction générale de la population à l’égard de la vie, tel que mesuré par l’OCDE, puis l’ont intégré au palmarès des pays industrialisés. Le Québec arrive second, juste après le Danemark.

Cliquer pour agrandir

 

Puis, les auteurs ont calculé l’Indice de Mieux Vivre, proposé par l’OCDE l’an dernier, selon trois variations possibles. Cet indice combine l’économie, la scolarisation, le chômage de longue durée, la santé, la criminalité. Enfin, tout ce qui fait que la vie est douce ou dure. Le Québec est dans le TOP 2.

Cliquer pour agrandir

La conclusion ? Le Québec « livre la marchandise » de façon remarquable. Pour la livrer encore mieux, et pour relever les défis importants qui sont devant nous (retraites, santé, environnement) il faut faire encore mieux.

Tiens, c’est un bon sujet de livre, ça !!!

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.

60 commentaires à propos de “On tue la Une: Le Québec fait plus avec moins!

  1. Ce qui est intéressant dans la réaction des chroniqueurs et blogueurs de droite, c’est qu’ils s’entêtent à tenter de vous faire passer pour un rêveur passéiste qui ne voit que le bon côté des choses, une sorte de jovialiste déconnecté de la réalité, sans jamais souligner les excellentes suggestions, qui émaillent vos écrits, concernant ce que le Québec devrait entreprendre pour être en mesure d’améliorer sa performance et de relever les défis de l’avenir.

    On ne peut qu’en déduire qu’ils préfèrent faire abstraction de vos recommandations, parce qu’ils n’ont rien de valable à y opposer. Cette malhonnêteté intellectuelle est désolante et bien peu édifiante, surtout chez des individus qui prétendent faire preuve de transparence.

    Et pour ce qui concerne certains d’entre eux, qui font l’apologie de l’époque « sans dette » de Duplessis, ils devraient se garder une petite gêne avant de parler de passéisme et de jovialisme. On pourrait certainement qualifier leur position de simplisme idéologique et je ne crois pas que le Québec de Duplessis aurait occupé le haut du pavé dans l’index de Mieux Vivre de l’OCDE.

  2. Est-ce que le Messieurs de La Presse serait-il devenu un néo-jovialiste !

  3. Évidemment moi aussi si je recevais de l’argent pour lequel je n’aurais pas à travailler je serais (relativement) satisfait…

    Sauf que comme disait Margaret Thatcher le problème avec le socialisme est que l’argent des autres finit toujours par manquer….

  4. Un classement sans marges d’erreur n’est pas un classement sérieux. Le score du Québec serait de 82,1! Insinuer que ce score est connu avec une marge d’erreur de ± 0,1, si ce n’est moins, est hautement non professionnel, M. Lisée…

    Mais le score penche « du bon bord ». C’est tout ce qui compte pour l’esprit partisan.

  5. Cette étude, comme l’oeuvre de Lisée, est malhonnête. Ne parlons pas de la dette a qui est soigneusement ignoré (la belle vie à crédit c’est temporaire).

    Le gros problème avec cette étude c’est qu’on ne fait pas le calcul pour les toutes les provinces canadiennes et les états américains. Probablement parce que la réponse ne plaisait pas aux auteurs.

  6. Ç`est pour ça qu`on a le taux de suicide le plus élevé au Canada et un paquet de braillards dans les rues et des usines qui déménagent pour aller au US. On fait plus avec moins, oui avec plus d`endettement que les autres et une dette qui continue et qui a continué d`augmenter même si on nous a fait à croire au déficit 0 pendant des années. Ça sera pas beau tal`heure.

  7. Tous les déclinologues, ratatineux et pourfendeurs de tout ce qui est québécois vous traiteront encore de « jovialiste ». J’ai aussi toujours comparé le Québec avec la globalité des collectivités et pays dans le monde et non pas avec le seul « Canada de provinces ».

    Quel exemple éloquent de nombrilisme, de repli sur soi, de fermeture aux autres et d’aveuglement volontaire sur le monde que ces haïssables haïssant le Québec démontrent…ils n’ont toujours que des éloges pour les provinces de l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique. Ils ne réalisent pas à quel point ils se rendent ridicules en limitant l’univers aux seules frontières d’un pays de provinces.

  8. C’est ce que je me tue à dire depuis des mois, l’important, ce n’est pas ce que l’on a (voir ici le PIB), mais ce que l’on fait avec (comme l’indice de développement IDH par l’ONU).

    Tous les calculs sont sujets à erreurs et approximations, mais mieux vaut un indicateur plus robuste (comme l’IDH) qu’un indicateur unique et très imparfait comme le PIB.

    Avant de pavoiser sur une statistique, il faut tout d’abord comprendre ce qu’elle mesure et implique. J’ai la nette impression que plusieurs commentateurs économiques se basent sur le PIB sans pour autant comprendre ce à quoi cette mesure correspond dans la réalité…

    On a la démonstration depuis des lustres que le PIB est inadéquat, ceci en est seulement une preuve supplémentaire. Voyons voir ce que nos amis démagogues vont trouver maintenant pour justifier une mesure unifactorielle non pondérée qui prétend rendre compte d’une réalité complexe…

    P.S.: Chers amis libertariens, est-ce que votre seule note de français au secondaire rendait compte de votre performance globale?

    Peut-être que oui pour une minorité, sans doute que non pour les autres, un fruit du hasard car la corrélation n’est pas de 1 entre français et performance globale. Il y a corrélation, mais ce n’est pas une adéquation.

    Mesurer l’efficacité d’un pays par le PIB revient à la même chose, ça fait partie du calcul, mais c’est très incomplet.

    Maintenant, si vous êtes en désaccord, démontrez-nous que le PIB est un indicateur parfait (corrélation de 1) de l’efficacité d’un pays et qu’un calcul plus complet comme l’IDH ou la mesure de l’OCDE sont inadéquats.

    Bonne chance!

    P.P.S.: C’est un vrai défi, j’attends vos démonstrations…

  9. Alors, j’ai eu raison de croire que c’est encore possible de faire plus et mieux même maintenant et de garder la foi en cette possibilité puisque l’on ne peut dire avoir fait l’impossible tant que le possible n’a pas été tenté ! J’admire ceux qui on choisi l’intégrité de toujours chercher à le demeurer avec le plus de transparence avec eux-même et qui sont conscient de l’impact de chacune de leurs actions ou sait en reconnaitre l’ampleur de l’interdépendance entre les humains de cette terre qui est notre demeure à tous !
    Sans avoir la prétention ni les intentions de vouloir changer le monde, ce qui est d’une utopie illusoire que l’on apprend parfois à la dure, j’aimerais émettre ici une opinion et une requête personnelle liée à des faits expérimentés personnellement dont découle cette opinion perso qui devient ma requête d’une quête devenue mon cheval de bataille et l’assise première de toutes mes luttes au quotidien dans ce Quebec devenue corruption d’une élite dans toutes les sphères de notre quotidien devenu dictature pour les coffres du bon vouloir …. Et cette requête est et sera tant que j’aurai un souffle de vie ici bas et tant que je n’aurai pas obtenue ce droit qui est la source à mon avis de tout nos conflits au Quebec et la source de toute cette corruption digne des films de sciences fictions. Cette requête est : puis-je ici au Quebec obtenir le droit d’exister que l’on me refuse catégoriquement de toutes les façons inimaginables dont un livre en décrivant les preuves dans des récits vécus par une seule et même personne en 48 ans de vie bien
    remplie serait classé dans la section  » science fiction « . Je suis née de la classe moyenne et vécu dans la classe moyenne et ne le suis plus mais mon cœur lui, il fait partie de l’élite supérieur à cette élite corrompue du Quebec qui entraine dans son sillage par la perversion narcissique manipulatrice l’ignorance, l’impuissance d’un peuple dans lequel et parmi lequel je vis ma vie au quotidien et regarder ces désastres causés par ces manipulateurs d’une perversions narcissique devenue si commune à chacun d’eux et de voir autant de névrosés narcissiques parmi eux, me donne la chair de poule et me donne envie presque de disparaitre tellement l’espoir en est corrompu sous les yeux de tous qui demeurent impassibles devant toutes ces incohérences !
    Je ne peux faire que de mon mieux mais j’aimerais faire plus .. Mais la première question qui est la source de toutes mes difficultés est celle que l’on me refuse le droit d’exister et d’avoir une existence de mon choix … Et comme ce droit d’exister qui m’est refusé est à la base de toute vie vécue, je ne peux pas ne pas considérer cet état de fait qui me tient comme morte dans espoir de vivre puisque je ne peux exister dans les faits de mon quotidien .. Ce droit, l’état me l’a volé il y a longtemps mais je n’en ai compris son ampleur lorsqu’il s’est approprié de tout les aspect de cette vie… Et que j’ai voulu reprendre ce qu’il me volait, c’est là que j’ai appris que je n’avais pas le droit qu’il dit me donner dans la charte des droits et libertés mais qui dans les faits, je n’avais pas le droit d’exister et que ma vie lui appartenait dans les faits de mon quotidien …. Une question , une requête, que j’aimerais bien débattre, jusqu’à la cours suprême du Canada si il le faut mais si ce droit ne m’est pas restituer, le reste, tout le reste, n’a aucun sens et ne peut en avoir …. Je n’ai pas envie de m’éteindre ainsi … !!!!!! Comme on m’a tout pris, je suis complètement libre de toutes attaches quelconques, même humaine. Je n’ai donc plus aucun obstacle pour me rendre là ou j’essairai de récupérer ce que l’on m’a volé,
    Mon droit d’exister tel que je suis sans crainte de représailles pour être ce que je crois être bon pour moi et ceux que j’aime, dont les citoyens de ce Quebec fraudé par une trop grande corruption aux pouvoirs donnés sans contrôle . À bon entendeur et au plaisir !
    Josée Phaneuf le Papillon Bleue
    Au nom des enfants du Quebec !

  10. Hé oui, les grands voyageurs que plusieurs d’entre nous sommes l’ont d’ailleurs vérifié directement et sans compilation d’indicateurs du mieux vivre.

    Contente toutefois que cette information soit maintenant bien établie, « scientifiquement » établie, ce qui permet de se comparer (et de se consoler)… et les sceptiques seront confondus.

  11. Je serais curieux de connaître l’opinion des Lucides à cette antithèse de leurs idéaux. J’ai toujours cru et je crois encore au modèle québécois mais il faudrait trouver un moyen d’accommoder ceux qui veulent faire du profit sur le dos des autres. Ils ne se sentent pas chez eux ici et cela m’attriste car on a besoin de leur contribution. ;)

  12. Alors, j’ai eu raison de croire que c’est encore possible de faire plus et mieux même maintenant et de garder la foi en cette possibilité puisque l’on ne peut dire avoir fait l’impossible tant que le possible n’a pas été tenté ! J’admire ceux qui on choisi l’intégrité de toujours chercher à le demeurer avec le plus de transparence avec eux-même et qui sont conscient de l’impact de chacune de leurs actions ou sait en reconnaitre l’ampleur de l’interdépendance entre les humains de cette terre qui est notre demeure à tous !
    Sans avoir la prétention ni les intentions de vouloir changer le monde, ce qui est d’une utopie illusoire que l’on apprend parfois à la dure, j’aimerais émettre ici une opinion et une requête personnelle liée à des faits expérimentés personnellement dont découle cette opinion perso qui devient ma requête d’une quête devenue mon cheval de bataille et l’assise première de toutes mes luttes au quotidien dans ce Quebec devenue corruption d’une élite dans toutes les sphères de notre quotidien devenu dictature pour les coffres du bon vouloir …. Et cette requête est et sera tant que j’aurai un souffle de vie ici bas et tant que je n’aurai pas obtenue ce droit qui est la source à mon avis de tout nos conflits au Quebec et la source de toute cette corruption digne des films de sciences fictions. Cette requête est : puis-je ici au Quebec obtenir le droit d’exister que l’on me refuse catégoriquement de toutes les façons inimaginables dont un livre en décrivant les preuves dans des récits vécus par une seule et même personne en 48 ans de vie bien
    remplie serait classé dans la section  » science fiction « . Je suis née de la classe moyenne et vécu dans la classe moyenne et ne le suis plus mais mon cœur lui, il fait partie de l’élite supérieur à cette élite corrompue du Quebec qui entraine dans son sillage par la perversion narcissique manipulatrice l’ignorance, l’impuissance d’un peuple dans lequel et parmi lequel je vis ma vie au quotidien et regarder ces désastres causés par ces manipulateurs d’une perversions narcissique devenue si commune à chacun d’eux et de voir autant de névrosés narcissiques parmi eux, me donne la chair de poule et me donne envie presque de disparaitre tellement l’espoir en est corrompu sous les yeux de tous qui demeurent impassibles devant toutes ces incohérences !
    Je ne peux faire que de mon mieux mais j’aimerais faire plus .. Mais la première question qui est la source de toutes mes difficultés est celle que l’on me refuse le droit d’exister et d’avoir une existence de mon choix … Et comme ce droit d’exister qui m’est refusé est à la base de toute vie vécue, je ne peux pas ne pas considérer cet état de fait qui me tient comme morte dans espoir de vivre puisque je ne peux exister dans les faits de mon quotidien .. Ce droit, l’état me l’a volé il y a longtemps mais je n’en ai compris son ampleur lorsqu’il s’est approprié de tout les aspect de cette vie… Et que j’ai voulu reprendre ce qu’il me volait, c’est là que j’ai appris que je n’avais pas le droit qu’il dit me donner dans la charte des droits et libertés mais qui dans les faits, je n’avais pas le droit d’exister et que ma vie lui appartenait dans les faits de mon quotidien …. Une question , une requête, que j’aimerais bien débattre, jusqu’à la cours suprême du Canada si il le faut mais si ce droit ne m’est pas restituer, le reste, tout le reste, n’a aucun sens et ne peut en avoir …. Je n’ai pas envie de m’éteindre ainsi … !!!!!! Comme on m’a tout pris, je suis complètement libre de toutes attaches quelconques, même humaine. Je n’ai donc plus aucun obstacle pour me rendre là ou j’essairai de récupérer ce que l’on m’a volé,
    Mon droit d’exister tel que je suis sans crainte de représailles pour être ce que je crois être bon pour moi et ceux que j’aime, dont les citoyens de ce Quebec fraudé par une trop grande corruption aux pouvoirs donnés sans contrôle . À bon entendeur et au plaisir !
    Josée Phaneuf

  13. @ François 1

    Pas trop déçu j’espère?

    Toutefois, je ne suis pas inquiet, vous allez sûrement trouver quelque chose de négatif, puisqu’il s’agit du Québec.

  14. Y’en a qui s’évertuent à voir le verre à moitié vide.

    Moi, je préfère le voir à moitié plein!

    Pas de lucides, néo-jovialistes, défaitistes ou de carburant à la détestation du Québec et de ses habitants là-dedans.

  15. Il fallait s’y attendre, la petite droite qui n’a rien d’autre à dire que des âneries, qui ne parle que de choses négatives et refuse d’admettre qu’on construit mieux et plus durablement sur le positif que sur le négatif, s’est précipitée sur votre blogue.

    Je ne comprends pas ces gens-là, ni pourquoi ils continuent à habiter au Québec. Ils doivent probablement être masochistes. Comme il n’y a absolument rien d’intéressant qui se réalise au Québec selon eux, comme ils considèrent que les québécois sont tous des paresseux et des imbéciles, quel est donc leur intérêt à y rester ?

  16. Il faudrait étudier de façon scientifique la mobilité sociale et économique au Québec; la droite en ferait une crise cardiaque.

  17. Modele quebecois, un modele que tous veulent imiter bien sur…..;)

  18. Modele quebecois, un modele que tous veulent imiter bien sur.;)

  19. Si ce qui est écrit dans ce billet est vrai, alors le Québec ne devrait plus recevoir de péréquation, on devrait même en payer.

    Alors les gauchistes, il faut que les babines suivent les bottines. Je vous invite à faire campagne contre le programme de péréquation.

    La péréquation sert à redistribuer la richesse, donc le Québec ne devrait plus en recevoir car nous sommes déjà les plus riches.

    Alors faisons preuve de SOLIDARITÉ avec nos voisin et répartissons la richesse québécoise pour aider nos voisins moins fortunés.

  20. C,est bien vrai que le Québec reçoit de la péréquation du Canada !
    C’est justement de cette dépendance dont nous voulons nous défaire en faisant notre indépendance !
    Mais n’envoyons-nous pas la moitié de nos impôts à Ottawa ?
    Ottawa s’en serre pour investir dans les gaz bitumineux, dans l’automobile, dans les frégates et les jets de l’armée, dans le jubilé de la reine, dans le sénat et prochainement dans le câble sous-marin de Terre-Neuve etc.
    Commençons par garder cet argent ici !
    Ensuite assignons-le selon nos besoins en santé et en éducation !
    Contrôlons toutes nos richesses et nos redevances !

    Est-ce si difficile pour nos amis fédéralistes qui veulent nous garder pour toujours dans le statu de province « dépendante » et de plus en plus minoritaire à l’intérieur de leur beau Canada, de comprendre que nous, ce que nous voulons, c’est d’offrir à la nation québécoise un pays « INDÉPENDANT » où nous serons majoritaires et maîtres de nos choix, le Québec !
    Un pays Québec où on ne nous imposera plus une Constitution et une Charte multiculturaliste pour lesquelles nous n’avons jamais eu la possibilité de voter !
    Où nous n’aurons plus à subir les jugements de la Cour Suprême qui nous impose ses décisions, comme si nous étions des débiles, incapables de décider ce qui est mieux pour notre Société ???
    Imaginez, certains de ces juges, sont unilingues anglais et s’arrogent quand même le droit de se prononcer sur la Charte de la langue française ! Shame on them !

    Je considère ces fédéralistes comme des « tanguy » incapables de s’extirper du foyer familial. Ils réalisent bien que nous formons une nation tellement distincte de celle du Canada anglais par sa langue, par sa culture, par son approche sociale, par sa façon même de voter, par ses positions en faveur de la réhabilitation de nos jeunes contrevenants, en faveur de Kyoto, en faveur du registre des armes à feu, contre les sables bitumineux, contre les sénateurs non-élus, contre la reine et ses onze représentants payés à vie, etc etc !!! Vivement qu’on en sorte et que nous nous prenions en mains !
    En ne faisant pas davantage confiance en leurs compatriotes québécois, ils ne font montre que d’un asservissement à l’autre et d’une lacune indécrottable de confiance en eux-mêmes !
    Luc Lemoine

  21. David,

    Tu n’as pas bien compris, je crois. Nous somme MOINS riches, mais plus HEUREUX, car même si la tarte est plus petite, il y en a pour tout le monde.
    Une sorte d’excellent rapport qualité-prix, quoi.
    Tu ne comptes pas, de toute évidence, dans les heureux.
    En fait, j’imagine que si Honorable, François 1er, et toi-même déménagiez au Canada, que le Québec passerait immédiatement au premier rang!

  22. Linda Hart qui se permet de nous critiquer alors que elle critique toujours les conservateurs et les insultes à qui mieux mieux. La gôgauche aime pas la critique, on sait tout ça.

    « qu’on construit mieux et plus durablement sur le positif que sur le négatif »

    Je sais pas ce qu`il y a de positif à s`endetter continuellement. J`ai jamais géré mes finances comme le gouvernement gère les finances de la province. Je trouve ça honteux et dangeureux.

  23. C’est un bien étrange libertarien que le david.

    Il n’a pourtant qu’à utiliser sa liberté personnelle et faire des chèques de remboursement !

    Un libertarien n’a pas besoin du gouvernement pour être charitable !

  24. @18 David : février 17, 2012 à 22:06

    J’EXIGE du ROC en échange de la péréquation, la Souveraineté sur le St-Laurent et la portion de la voie maritime situé au Québec [payée très chèrement par le Québec en plus d'être à son très grand détriment du point de vue industriel/économique] pour pouvoir enfin payer de la péréquation, en supposant qu’on veuille toujours vivre avec les WASP’s, les plus fins que les autres, toujours cependant après avoir dérobé des richesses, des territoires et du pouvoir, manu militari.

    La partie surélevée du pont Champlain sert à créer des emplois à l’ouest du Québec et, on a dû la payer, en plus du quart de la voie maritime jusqu’au lac Supérieur, sans oublier le quart des déficits d’exploitation récurant depuis son ouverture en 1958 de cette dite voie, cela pour permettre aux bateaux étrangers d’aller chercher le blé à ThunderBay, pire, pour permettre de prendre notre minerai de fer payé une ‘cenne’ noire la tonne afin de l’amener à Hamilton et de fabriquer là-bas des autos vendues ici plus chères qu’en Ontario !!?!!

    Avec la voie maritime, on a presque tué le Québec vivant des rives du St-Laurent.

    La voie maritime du St-Laurent a presque tué Montréal et ce n’est pas encore fini, le ROC remet ça encore en nous forçant à payer un autre pont Champlain, sans oublier notre part des déficits annuels de la dite voie. On réalise ainsi qu’on veut maintenir l’étranglement sur le Québec et finalement, la maudite péréquation, ce n’est pas cher payer en échange de tous les avantages VOLÉS aux descendants de la Nouvelle-France depuis 250 ans.

    Alors, seulement après avoir récupéré NOTRE Souveraineté sur NOTRE territoire que vos babines iront avec vos bottines, que la colonisation du Québec se terminera à la faveur de SES habitants, en toute logique, et non aux odjeux avantages d’étrangers. En attendant ce Grand Jour, le Québec fait mieux avec moins.

    N.B. Le boss ‘wasp’ a toujours raison, même quand il a tort ! Ouh ! Ouh ! Ouh ! . . . Ouar ! . . . Ouao !

  25. Et cela, c’est en tant que simple province qui ne contrôle que 50% de ses taxes et impôts et se fait imposer des lois et traités qui sont contraire à ses intérêts.

    Imaginez ce qu’on pourrait accomplir si on contrôlait 100% de tous nos impôts et taxes et que toutes les lois et tous les traités allaient dans le sens de nos efforts. Ce n’est que ça et à la fois tout ça, la souveraineté.

    Pour reprendre le slogan : « C’est vrai que la vie serait belle ».

  26. @ David

    Ici on parle de bien être non pas du chiffre au bas à droite du chèque de paye.

    Vos bottines ne suivent pas vos yeux ou vous manquez d’inspiration.

  27. @ David,encore la péréquation.Petite remarque,la population de L’Ontario et du Québec forment 70% de la population du Canada,donc 70% des payeurs de taxe et d’impots,70% des petites,moyennes et grandes entreprises,70% des sieges sociaux,donc si l’on recoit de la péréquation ,c’est qu’on se la paie.Ne pensez surtout pas que l’Alberta va récolter 7 milliards de dollard en redevances annuellement et nous les remettent pour la couleur de nos beaux yeux.Ils ont des citoyens et des services a leur offrir et s’il en reste,ils le mettent dans leur fond de prévoyance,ce qui n’a pas été le cas dans les 3 dernieres années car ils ont fait des déficits.Donc votre ossetie de discours que je ne qualifierai pas …
    michel lafrance

  28. Monsieur Lisée,
    De ma région,avec concentration importante d’anglophones de souche, près de la frontière bordant les USA, je connais des jeunes gens qui vont travailler en Ontario.
    Et ils disent,(et en parlent entre eux) que si un jour ils décident de fonder une famille, c’est au Québec qu’ils le feraient à cause de tous les avantages. C’est clair pour eux: à cause des avantages sociaux et économiques.

  29. Il m’arrive souvent de lire David et surtout François 1…
    De plus, c’est avec curiosité que je lis aussi les sites qu’ils ajoutent afin d’étayer leur dire. Finalement, je comprends un peu mieux les gens qui légitiment aveuglément l’ordre établit sans pour autant, être en accord avec eux.

    Puis-je leur suggérer de lire « Comment mettre la droite k.-o »….afin d’élaborer une à jour de leur argumentaire. D’ailleurs, ils éprouveront un bonheur sans borne à lire ce livre, car plusieurs graphiques proviennent de la vérité même: statistique CANADA…WoWWWWWWWWWWWWW!!!

    Toutefois, David et François 1, attendez-vous à un gros choc, car ce livre est à des années lumières des prattitudes-dubucadentes.

    Vous m’en donnerai des nouvelles????

  30. @David

    Vous avez le comportement typique d’une personne bouchée par des faits qu’il ne peut contredire: il dévie le sujet avec un « oui, mais » qui n’a aucun rapport.

    Vous ne semblez pas avoir compris que l’Indice du Vivre Mieux ne calcule pas la richesse, mais la qualité de vie. Personne n’a dit que le Québec était l’État le plus riche au monde, il est « seulement » l’un des États où on y vit le mieux.

    Le pire, c’est qu’on réussi sans avoir un PIB super extraordinaire et avec 50% d’impôts en moins!

    Et pour la péréquation, continuez à vous rendre ridicule en remettant sans cesse cet épouvantail à la con sur la table.

    La péréquation n’est qu’un type de transfert parmi tant d’autre…Et ce n’est pas la première fois qu’on vous le répète! Le budget provincial de 2011 (crée par les Libéraux fédéralistes!), démontrait que le Québec se classait 4e sur 10 en terme de transfert.

    Seul la Colombie-Britannique, l’Alberta et l’Ontario passent devant le Québec. En fait, ces trois provinces reçoivent moins qu’ils en remettent. Le Québec reçoit 425$ par habitant de plus de la part du fédéral. Dans les 6 autres provinces, elles reçoivent toutes entre 2000$ et 5600$ par habitant.

    À noter que depuis 2007, le Québec reçoit de moins en moins d’argent de la part du fédéral.

    http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/2010-2011/fr/documents/PlanBudgetaire.pdf
    -Section E: le point sur les transferts fédéraux.

    Et bien franchement, ce 425$ per capita, soit 4.3 milliard par année, se comble largement par la suppression de tous la lourde bureaucratie et les dédoublements de ministères que causent le fédéralisme.

    Donc, svp, arrêtez de parler de la péréquation. Cet « argument » n’a aucune valeur.

  31. @ Nathalie Pellerin & Youlle

    Désolé mais l’étude de l’OCDE ne mesure pas le bonheur…

    Et même si c’était le cas, si la mesure de l’OCDE est juste, cela signifierait que nous devrions laisser tomber notre péréquation pour la donner à d’autres provinces ou les gens sont moins « heureux »…

    @ Trebor

    Donc ce n’est pas au fédéral de payer le point Champlain ?

    @ michel lafrance

    Selon les chiffres les plus récents de l’ISQ, chaque Ontarien envoie à Ottawa l’équivalent de 7 232$ alors qu’Ottawa retourne dans cette province l’équivalent de 5 217$. Le manque à gagner est donc de -2 015$/personne en Ontario. Au Québec, chaque citoyen envoie à Ottawa l’équivalent de 5 373$ alors que le gouvernement fédéral transfère l’équivalent de 6 062$. Au Québec, il y a donc un surplus de +689$/personne. Si l’on se livre au même exercice avec le reste du Canada, le bilan final est négatif: -1 315$/personne.

  32. Le Québec est une société industrialisée qui contrairement aux É.U a créé une modernisation mieux répartie socialement par les richesses.

    Une modernisation qui s’est faite trop rapidement entre 1960 et 1970 (sans le Canada qui s’est toujours payé la tête des francophones) dans le sens qu’une perte de continuité et de sens s’est faite sentir chez le peuple dans le processus de la révolution tranquille.

    Cela est un peu un autre sujet si ce n’est pour dire qu’on peut faire bémol relativement sur des indicateurs économiques qui déterminent le degré de bonheur des individus sur le plan quantitatif.

    Il ne faut pas exclure de l’interprétation de la réalité sociale et nationale ce qu’on peut appeler l’État de la psyché collective d’une nation, la capacité d’une nation à ressentir un sentiment de confiance devant l’avenir et l’adversité possible et inévitable. La psyché québécoise n’a pas prouvé encore ce bonheur d’exister qui lui ferait envisager le pays québécois sans arrières pensées, sans peur abyssale.

    On ne peut mesurer l’inconscient collectif d’une nation dans les statistiques économiques. Le taux de suicide plus haut ou moins haut au Québec? Il semblerait que le niveau de suicide au Québec depuis 45 ans aurait suivi les hauts et les bas des changements majeurs depuis 1960 et qu’il serait également associé en partie au doute collectif qui travaille les Québécois.

    Ce commentaire ne cherche pas à contredire profondément le -Québec fait plus avec moins-, un article qui pense selon les statistiques. Il n’en reste pas moins que l’espèce de métaphysique ou d’histoire des mentalités au Québec ne peut être évacué comme ça.

    Un Pierre Falardeau lui la pensait peut être trop cette sensibilité identitaire québécoise encore que c’est le noyau de notre condition. C’est cet état identitaire qui fait en bonne mesure que la révolution tranquille est restée ce qu’elle est avec un résultat provincialiste.

    C’est comme qui dirait l’autre, l’opinion d’un citoyen, d’un internaute.

  33. @ Nathalie Pellerin (# 21):

    « Nous somme MOINS riches, mais plus HEUREUX, (!) » (sic)

    Ben oui…et moins ils seront riches et plus ils seront heureux…

    Et combien de temps croyez-vous que ce genre de situation sans queue ni tête va durer?

    À ce compte-là, les habitants des pays du Tiers-Monde doivent être heureux en câl….

    N’importe quoi!

  34. Aux autruches jovialistes, je vous invite à lire ces quelques lignes qui concluent justement l’article de Alain Dubuc suggéré par l’auteur de ce blogue mais qu’il a soigneusement omis de mettre en évidence, comme c’est son habitude lorsque certaines enfilades ne correspondent pas à ses rêveries:

    EXTRAIT:

    « L’erreur que l’on fait souvent dans ce débat, c’est d’opposer ces deux réalités, richesse et bien-être, comme si c’étaient deux concepts antinomiques et qu’il fallait faire un choix entre les deux. En général, les pays à haute qualité de vie sont riches, le Québec étant en quelque sorte une anomalie. Parce que la plupart des éléments qui contribuent à la qualité de vie exigent des ressources. Parce que la recherche de la prospérité menace automatiquement l’équilibre social, comme on le voit en Europe du Nord.

    La deuxième erreur consiste à conclure que ces succès du Québec montrent qu’il y a ici un modèle unique, et qu’il faut le préserver. Ce n’est pas vraiment exact, pour deux raisons. Ce n’est pas un hasard si le Canada se classe aussi en tête. Nos succès proviennent de la spécificité québécoise, mais aussi du contexte canadien. L’Ontario, la Colombie-Britannique ou l’Alberta se classeraient elles aussi en tête de peloton. Et si le Québec, plus pauvre, réussit à assurer une belle qualité de vie, c’est aussi parce qu’il peut compter sur les ressources canadiennes.

    Ensuite, notre performance en termes de bien-être repose en partie du vieux gagné. Le Québec, dont la croissance est entravée par une faible productivité, dont l’État a moins de marge de manoeuvre que dans les autres provinces, dont la démographie est déclinante, sera incapable de maintenir sa qualité de vie s’il ne se prend pas en main. »

    Fin de la citation.

    Voilà, maintenant, les faits sont exacts et irréfutables.

  35. @tous ces fameux libertariens

    Une question s’impose: pourquoi rester? À vous entendre, nous devrions quitter le Québec, terre de pauvreté et d’inégalité économique, vers de meilleurs cieux (l’Alberta? La Chine? Dieu sait où).

    à vous entendre, le Québec n’est qu’un boulet que le Canada veut bien traîner, par charité.

    Dans l’idéologie libertarienne, la mobilité des gens est garante d’une véritable main invisible de l’économie. C’est-à-dire que l’offre et la demande en matière de ressources humaines s’exécute par la mobilité de la main d’œuvre.

    Que faites-vous au Québec? Allez vers les meilleurs salaires. Qu’attendez-vous?

    La même question se pose au Canada: Exigez l’indépendance du Québec. Les Québécois sont un boulet économique.

    La vérité est que vous êtes de petits menteurs, qui sont bien heureux au Québec. La vérité est que le Canada tient au Québec parce qu’il lui est profitable, en ce sens qu’il le domine.

    « Put your mouth where your money is ». Quittez le Québec, et exigez son indépendance.

  36. Excellent article.

    Je vais définitivement me procurer ce bouquin
    Le Québec économique/Un bilan de santé du Québec 2011.

    En passant Jean-François, la fonction
    « Cliquer Pour Agrandir » pour les deux tableaux que vous nous proposez dans votre article, ne fonctionne pas.

  37. Hahaha typique des gauchistes, quand on nepeut gagner avec des chiffres concrets on prend des indices emotionnel.
    Quand la logique ne fait plus on fait appel aux emotions, comme si le bonheur etait mesurable!
    Vous etes bien drole, tient vous me rendez heureux hahahahaha

  38. Le bonheur c’est le sentiment de satisfaction face a sa sécurité, son intégrité physique, psychologique, sa perception quand a la qualité de la vie (nourriture, logement, santé, relations familiales)etc
    Si on a la liberté de circuler sur le territoire,la possibilité d,exploiter et de développer son potentiel intellectuel, ses habilités physiques, du temps de qualité pour apprécier la vie faire des activités qui nous plaisent, être en ralations avec les membres de notre famille et nos amis(communiquer et voir), alors on se considère heureux.
    Une variable est importante dans tout ces aspects et elle peut a elle seule miner la satisfaction dans tout les domaines c’est la facilité des déplacements que ce soit pour se rendre au travail, l’école, aller chercher et recevoir des services et des biens, faire des activités la qualité et l’efficacité des transports de même que l’environnement, la sanité, la sécurité et la qualité des contacs s’en trouvent affectés. Quand les gens se rendent malades en assumant leurs déplacements ils ne peuvent être heureux.

  39. @ David

    « @ Nathalie Pellerin & Youlle

    Désolé mais l’étude de l’OCDE ne mesure pas le bonheur… »

    Vrai! Il mesure le bien être et le mieux vivre.

    « Et même si c’était le cas, si la mesure de l’OCDE est juste, cela signifierait que nous devrions laisser tomber notre péréquation pour la donner à d’autres provinces ou les gens sont moins “heureux”… »

    Bla bla! Qu’ils s’arrangent avec leurs troubles David.

    « Donc ce n’est pas au fédéral de payer le point Champlain ? »

    Cher David, votre Harper adoré veut installer un pont à payage dans plusieurs années, c’est-à-dire qu’on le payera nous-mêmes avec nos cennes. Alors, que le fédéral aille au diable, les Québécois n’ont pas besoins du fédéral ni de personne pour se payer eux-mêmes un pont. De plus il sera au Québec et non pas au Canada.
    ———–
    Pour la péréquation à vitre # 31 il est très clair que vous nous dites n’importe quoi. Du tripotage

    Calculez-nous la péréquation nette que le Québec reçois rien d’autre, juste la péréquation nette très nette en déduisant ce que le Québec paye de péréquation.

  40. Considérant que:

    -le Québec est l’une des provinces recevant le moins de transferts fédéraux par habitant et que le Québec est la province versant le plus d’impôts et taxes à Ottawa (8,000.$/HAB en 2009 totalisant $55 milliards en 2009),

    - que 90% des dépenses fédérales aux programmes d’aide au développement économique est allouée à l’économie du Rocanada, que seulement 10% au Québec qui compte pour près de 25% de la population totale,

    l’évidence qui crève les yeux est que le système de péréquation fédérale est une supercherie, une arnaque politique ne pouvant berner que des imbéciles.

    Vous trouverez un tableau des statistiques sur les transferts fédéraux s’étalant de 1999 à 2009 au lien suivant:
    http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap14.pdf

    À bon entendeur, salut !

  41. Bref nous sommes bons sur les critères subjectifs (bonheur) et mauvais sur les critères objectifs. Ça explique le grand bonheur de nos socialistes

  42. Monsieur Lisée,

    Vous écrivez: « Dans l’étude du CIRANO, les économistes Luc Godbout et Marcelin Joanis ont eu l’excellente idée d’appliquer la méthode au Québec, et de classer le Québec pour la vingtaine d’indicateurs – logement, revenu, emploi, démocratie, santé, éducation, etc. Le Québec dépasse parfois le Canada, parfois non. Mais en fin de compte, il arrive en tête, avec le Canada et l’Australie. »

    Avez-vous fait le même exercice avec des comparables, à savoir les autres provinces canadiennes?

    Si oui, où se classe le Québec?

    Si non, pourquoi ne pas l’avoir fait?

  43. @ Jean-Pierre Gascon (# 41):

    « que 90% des dépenses fédérales aux programmes d’aide au développement économique est allouée à l’économie du Rocanada, que seulement 10% au Québec qui compte pour près de 25% de la population totale, » (sic)

    Ah…et vous voudriez plus d’intrusion du fédéral au Québec? Eh ben…ça me surprend de vous mais on n’est pas à une contradiction près chez nos séparatistes.

    De plus, on attend toujours votre Budget de l’An 1!!!

    Alors…ça vient?

  44. À lire les lassantes récriminations des mêmes plorines, on ne peut conclure qu’une chose : un libertarien est un dogmatiste toujours cassé et misérable.

  45. oui m.lisée mais si la foi peu déplacer les montagnes elle peu aussi convaincre les dépendentistes(canadian) qu’ils sont mieux au canada,alléluhia,lol

  46. en gros reprenez les deux dernieres minutes du speech de jean -francois mercier au bye-bye de 2009 ou il vante les mérites du fédéralisme canadian et la joie de vivre en ce pays et vous y entendrai l’essence de ma pensée philosophique sur le sujet,est-ce assez clair???

  47. Voici une intervention qui est apparue ce matin dans La Presse et qui démolit entièrement la théorie de l’autruche jovialiste défendue ici par Monsieur Lisée. Cette intervention rejoint la position de presque tous les économistes sérieux sur ce sujet:

    http://www.cyberpresse.ca/opinions/201202/17/01-4497187-bonheur-a-credit.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_opinions_652_section_POS3

    Ah…oui…ça vient d’un professeur au Département de science politique et associé au CERIUM comme quoi tout n’est pas perdu.

    Extrait:

    Trois facteurs y contribuent: une fiscalité asphyxiante, qui prévoit des exemptions et des remboursements pour les plus bas revenus, un endettement hellénique, des transferts fédéraux dont le programme de péréquation qui compensent, en partie, à l’avantage du Québec, le différentiel de revenus entre Provinces.

    Ainsi le surplus de bien-être qui excède la valeur de notre travail vient de l’endettement de l’ensemble du secteur public, un montant de 240 milliards. Cela représente 62 000$ par contribuables, les seuls susceptibles de rembourser. S’ajoutent les contributions fédérales de l’ordre de 17,2 milliards. Celles-ci représentent 23% des revenus du gouvernement du Québec.

    Souhaitons vivement que les dividendes prochains du Plan Nord soient très substantiels. »

  48. @ Jean-Pierre Gascon (# 41):

    « le Québec est l’une des provinces recevant le moins de transferts fédéraux par habitant et que le Québec est la province versant le plus d’impôts et taxes à Ottawa (8,000.$/HAB en 2009 totalisant $55 milliards en 2009), » (sic)

    http://www.quebecdroite.com/2012/02/le-quebec-recevra-11-milliard-de-moins.html

  49. @ François 1

    La pleutrerie et la putasserie sont les seuls carburants d’une immense majorité de fédéralistes au Québec. Vous vomissez sans cesse votre détestation du Québec jusqu’à nier sa capacité d’assumer les pleines responsabilités d’un peuple souverain sur notre territoire, ce qui dans le monde est le cas de 235 pays indépendants. Vous êtes depuis toujours que des propagandistes de la dépendance, maladie dont vous êtes chroniquement atteint.

    Personne n’ignore sauf les fédos que l’exercice de l’INTERDÉPENDANCE des peuples n’est possible que si à priori ces peuples reconnaissent mutuellement la souveraineté de leurs partenaires sur leur territoire respectif.

    Seuls des hommes et des femmes responsables peuvent reconnaître qu’ils se font nécessairement f…louer dans une relation de type DOMINANT vs DOMINÉ. Ce que de toute évidence vous n’êtes pas.

  50. « un libertarien est un dogmatiste toujours cassé et misérable. »

    quand la vie est aussi misérable, on ne peut faire autrement. C’est plus facile d’être socialiste, ou les lunettes roses permettent de voir seulement ce qui fonctionne

  51. @ Jean-Pierre Gascon (# 50):

    Référendums: Fédéralistes 2 Séparatistes ZÉRO!!!

    D’autres questions?

  52. Ceci est sans doute incompatible avec votre vision caricaturale de la droite, mais je suis un commentateur de droite qui se reconnait très bien dans ces tableaux. J’adore le Québec et je ne vivrais jamais ailleurs.

    Cependant, la bonne question est: est-ce que cette qualité de vie est viable à long terme? Des coupures majeurs seront nécessaires considérant l’augmentation des coûts en santé.

  53. Fédéralistes (- 2), Souverainistes ( 0 )

    On ne peut naturellement pas compter sur l’haïssable haïssant du Québec pour nous rappeler les échecs passés des fédos au Québec:
    l’Entente avortée du Lac Meech de 1987 et le référendum sur l’accord de Charlottetown battu à plate couture en 1992.

  54. Si le sujet avait été:

    On tue la Une: Le Québec fait moins avec plus!

    Ils auraient tous eu un orgasme.

    On sait qui.

  55. @ Jean-Pierre Gascon (# 54):

    Meech une « défaite » fédéraliste???

    Z’avez oublié que Pierre-Elliot Trudeau et Jean Chrétien, grands fédéralistes devant l’éternel, étaient contre?

    C’était d’ailleurs jouissif de les voir tous les deux en osmose avec…Jacques Parizeau, également contre.

  56. La morale:

    S’endetter rend heureux.
    Vivre sur le dos des autres rend heureux.
    Le bonheur québécois s’accompagne du gout prononcé de se suicider !!

  57. @ François 1

    « Meech une “défaite” fédéraliste??? »

    Donc la plus grande défaite de Robert Bourrassa.

    Une défaite dont il était fier.

  58. Sous le joug gauchiste soviétique, les russes croyaient vivre au paradis

  59. Encore une fois dans les dents de nos petits dretteux de pacotille.