Pétrole: 14 milliards de dollars québécois plus tard

par

Peut-on affirmer, comme le titrait André Pratte dans son éditorial de La Presse samedi dernier, que le pétrole albertain est Notre pétrole ? Absolument.

Depuis 40 ans, les Québécois ont investi collectivement, par leurs taxes et impôts fédéraux, 14 milliards de dollars dans l’industrie canadienne des hydrocarbures.

Nous avons vu hier que l’augmentation de la production pétrolière pousse à la hausse le dollar canadien et que, selon un groupe d’économistes, ce phénomène est responsable de la destruction de 55 000 emplois manufacturiers québécois entre 2002 et 2007. Et ça ne fait que commencer. Or voici comment le Québec a financé ce cercle vicieux:

Selon un calcul de la Bibliothèque du Parlement à Ottawa, de 1970 à 2000, le gouvernement canadien a investi 66 milliards de dollars dans l’industrie pétrolière et gazière canadienne. De 2000 à aujourd’hui, il faut compter au moins 4 milliards de plus, pour un total de 70. Comme le Québec contribue pour 20% aux dépenses fédérales, nous avons donc déboursé 14 milliards en quarante ans dans l’industrie de nos voisins. Une fraction de cette somme nous est revenue, dans les années 73 à 84, en réduction du prix à la pompe. Mais si nous avions investi cette somme au Québec – au hasard, dans les énergies vertes – nous aurions pu créer, chez nous, 8 300 emplois permanents  (j’utilise la formule employée par la Canada West Foundation pour calculer les retombées économiques du pétrole). Et c’est donc dire que nos impôts ont créé ces emplois, mais ailleurs au Canada.

On m’objectera que je ne donne qu’une partie du portrait car s’il est vrai qu’Ottawa a beaucoup aidé les hydrocarbures, il l’a fait aussi pour les autres énergies. Il a mis 8,5 milliards dans le nucléaire, dont 1,7 provenait du Québec, et qu’il a presque exclusivement dépensé en Ontario. Avec notre 1,7 milliard, nous aurions pu créer chez nous 1 125 autres emplois permanents.

Pour être honnête, il faut aussi calculer les milliards investis par Ottawa dans notre source principale d’énergie, l’hydroélectricité. Il tombe sous le sens que si le gouvernement canadien a généreusement financé le pétrole de l’Ouest et de Terre-Neuve (3 milliards) et le nucléaire de l’Ontario, il a aussi financé notre électricité. Les séparatistes vous diront que le fédéral a donné 0 milliard, 0 million et 0 dollar à Hydro. Ils ont tort. Le financement fédéral d’Hydro se chiffre à -435 millions de dollars. Oui, moins un demi milliard. Ottawa avait renfloué les coffres du Manitoba et de Terre-Neuve lorsque la météo s’est déchaînée contre leurs réseaux électriques, mais a refusé de faire de même avec Hydro lors du grand verglas de 1998. Donc, nous sommes dans le rouge. Avec ce demi-milliard, on aurait pu créer un autre 320 emplois, au même tarif. (Total cumulé : 9 745 emplois.)

Pour l’avenir prévisible, le gouvernement fédéral dépensera au moins 1,5 milliards par an (donc 300 millions de nos impôts) pour les programmes de captation du carbone des sables et en dépenses fiscales pour l’investissement des pétrolières. Si cela devait se maintenir sur les 25 prochaines années, soit l’horizon utilisé par la Canada West Foundation pour nous allécher quant aux retombées économiques des sables au Québec, cela ferait un apport des contribuables québécois de 7,5 milliards qui, s’ils étaient investis ici, permettraient de créer 5 000 emplois permanents.

Bref, nous avons vu hier que le «mal hollandais» avait fait perdre au Québec 55 000 emplois de 2002 à 2007 et que cela allait s’aggraver. Nous voyons aujourd’hui que les contribuables québécois ont financé, décennie après décennie, l’industrie pétrolière qui aujourd’hui leur est si dommageable. Pire, ils n’ont eu, du gouvernement canadien, aucune contrepartie pour le développement de leurs propres sources d’énergie, bien au contraire. Une équité fédérale énergétique aurait créé 10 000 emplois chez nous. Et ils voudraient qu’on applaudisse.

Lundi: Les emplois québécois dans les sables mouvants albertains
Mardi: Pétrole: 14 milliards de dollars québécois plus tard
Mercredi: Pétrole, Être vert dans un pays brun

Jeudi: Haro sur la province pauvre !

58 commentaires à propos de “Pétrole: 14 milliards de dollars québécois plus tard

  1. Cherry picking.

    Il faut parler des sommes énormes que l’Alberta envoie au Québec par la péréquation.

    Il serait bon de rappeler à ces gens que le Québec reçoit 8,34 milliards de dollars en paiements de péréquation du gouvernement fédéral. C’est 13,2% du budget du Québec. Si l’on tient compte de l’assiette fiscale de l’Alberta, cette province envoie donc tous les ans 1,3 milliard de dollars au Québec. Autrement dit, chaque année, tous les Albertains (hommes, femmes & enfants) font un chèque de 353 dollars au gouvernement du Québec. Pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants), c’est 1 412 dollars !

    La majeure partie de cette somme provient de la richesse créée par l’exploitation des sables bitumineux. Depuis l’adoption de la nouvelle formule de péréquation, qui inclut désormais l’argent provenant des sables bitumineux, les sommes reçues en péréquation par le Québec ont plus que doublé.

    Cette situation fait peser sur l’Alberta un déséquilibre fiscal titanesque.

    Selon l’institut de la statistique du Québec (comparaisons inter-provinciales, section finance publique), le fédéral a prélevé en taxes et impôt de toute sorte en 2007 (l’année la plus récente avec des stats) 5 948$/habitant.

    Le fédéral a dépensé au Québec un total de 7 980$/habitant.

    Le fédéral a plus dépensé au Québec qu’il a prélevé.

    Au final, le Québec a reçu du fédéral 2 032$/habitant.

    En Alberta, il y a un déficit de 4 516$ !!!

  2. En passant, Jean-François Lisée s’indigne que 300 milliards de dollars de nos impôts soient utilisés pour la captation du carbone (un argument qui semble indiquer que ce qui importe pour Jean-François Lisée c’est de diaboliser l’Alberta et pas vraiment de réduire les émissions de GES, m’enfin…)

    Donc on s’indigne de ce 300 millions de dollars.

    Jean-François Lisée semble avoir oublié que le fédéral à fait un chèque de 350 millions au Québec pour financer son plan vert.

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2007/02/12/001-Ottawa-Qc-Environnement.shtml

    De plus, le 7,5 milliards sur 25 ans, ce n’est pas grand chose comparé aux 45 milliards que va retirer le Québec.

    On crée combien d’emplois permanents avec 45 milliards ?

  3. @David – C’est justement là que les fédéralistes s’embrouillent :

    Si les indépendantistes étaient de telles sangsues assoiffées de péréquation gagnée durement à détruire l’environnement de l’Alberta (et du monde), pourquoi voudraient-ils se séparer? Un Québec souverain ne recevrait pas de péréquation, c’est l’évidence même.

    MM. Pratte et Dubuc sont donc des partisans de la dépendance! Dépendance par rapport à la péréquation et par rapport au pétrole.

  4. Jean-François Lisée parle des coûts de la crise du verglas qui n’ont pas été payé à Ottawa.

    À ce compte là, il faudrait ajouter en Alberta les conséquences désastreuses des réformes énergétiques de Trudeau qui ont presque mit l’Alberta en faillite.

  5. Comme on le constate dans les différents calculs selon d’où les chiffres proviennent et l’interprétation politique qu’on leur fait donner, le Québec est soit gagnant soit perdant dans cette mer de statistiques. J’aurais tendance à adopter la version LISÉE qui tient compte du passé et des investissements gigantesques qui ont été fait dans les domaines de l’énergie, en Ontario pour le nucléaire et dans l’Ouest pour le pétrole. C’est un fait indéniable que le Québec n’a jamais reçu sa part de ce gâteau énorme généreusement consenti aux autres partenaires du Canada. Combien de revenus manquant et d’emplois perdus dans ce domaine sans compter les sommes énormes investies en Ontario dans le secteur automobile grand créateur d’emplois et on a vu encore dernièrement les milliards consentis pour revitaliser cette industrie retardataire et insouciante, mais RIEN pour celui de la forêt.
    Dans un Québec libre de ses choix, aurions nous besoin de cette couteuse armée qui s’enlise en Afghanistan en combattant des Talibans qui se moquent de l’OTAN comme ils l’ont fait pour les Russes et toutes autres armées depuis des siècles?
    Il serait intéressant d’entendre le point de vue de Joseph Facal sur ces questions,celui qui nous revient d’Espagne avec une rhétorique moins rigide et dogmatique que celle adoptée avec les LUCIDES avec qui il partageait antérieurement le lit politique.
    Quand on veut faire un bilan politique complet et incontestable il faut adopter la méthode sur le long terme comme le fait LISÉE contrairement à PRATTE et les autres de GESCA qui basent leurs calculs sur le court terme.
    Belle occasion pour PARADIS le nouveau titulaire des Ressources Naturelles du Canada de se faire entendre sur cette épineuse question politique tout en vérifiant s’il a une colonne vertébrale ou s’il n’est qu’un simple porteur d’eau.

  6. Bonjour –

    Comment calculez-vous le 20% que le Québec contribue aux dépenses fédérales – est-ce que vous tenez compte des transferts de péréquation?

    Merci

  7. Une autre question innocente quoique tendancieuse:

    Si les profits d’Hydro restent au Québec (je ne crois pas que le Gouvernement du Québec envoie un dividende à Ottawa), et qu’ils sont, en plus, diminués par les rabais qui permettent, entre autres, à certains de gaspiller l’électricité à bon prix, est-ce un si gros scandale que le fédéral décide de ne pas financer cette industrie?

    Je veux bien que l’hydro permette au Canada de produire une énergie propre qui contre-balance l’effet des sables bitumineux, mais la justice fiscale c’est pas rien non plus. Si nous recevont £8,400m de péréquation du reste du Canada, ce serait bien d’au moins faire semblant de s’en préoccupper de temps à autres.

  8. Monsieur Lisée nous donne l’envers de la médaille que les Total-Power-Gesca-Pratte ne nous donneront jamais ! Faut le faire 65,000 emplois perdus au Québec , ce n’est pas rien ! Il serait intéressant de déterminer si de vrais lobbyistes payés par l’industrie pétrolière n’oeuvrent pas sur les bloques pour nous donner des chiffres sur les avantages de la péréquation en omettant de nous donner la répartition des dépenses dans l’industrie de l’énergie et notre contribution comme Québécois a différents programmes qui servent aux autres provinces considérant notre énergie propre ….
    Attention aux tentatives des lobbys du pétrole avec l’aide de ceux qui ont un intérêt dans cette industrie polluante tel la famille Desmarais et ses valais pour tenter de nous influencer et nous faire accroire que cette industrie n’apporte que des bienfaits ……

  9. La fameuse péréquation,il n’y a rien à gagner de pratiquer une politique de la mendicité. Cette remise en question de cette politique que le Québec n’ose faire sera faite par l’Ontario et l’Alberta:

    Premier Ed Stelmach made a daring move last week in an effort to shore up sagging support for his government. He appointed his most dogmatic cabinet minister, Ted Morton, to the finance portfolio and then told him to take on Ottawa because Albertans are tired of having so much of their tax money funneled into equalization payments for other provinces.

    Et l’Onatrio:DavidMackinnon.ca

    Federal Regional Subsidies damaging Ontario and Canada

    Equalization and other regional subsidies pose significant danger for Ontario and is a risk for Canada as a whole.

    Deux provinces qui sont tanné de financer les programmes sociaux du Québec. Et qui ont raison.

    Mais alors le Québec perdra t il 8 milliards par année ? Non, car ce chiffre ne tient pas compte de l’ensemble des flux financiers. La seule étude qui nous en donne une idée c’est celle de Stat Can (2004); le Québec recevait 2,1 milliards de plus alors que la péréquation était à 4 milliards:

    (Google)

    L’Observateur économique canadien
    Février 2007

    Étude spéciale
    Revenus et dépenses de l’administration fédérale selon la province : qui sont les gagnants et les perdants dans la Confédération?

    Ce manque à gagner pourrait être compensé par l’élimination du dédoublement des structures (3 MM en 2004, beaucoup plus en 2010)inhérents au système fédéral.

    Conclusion: Le Québec n’a rien à gagner à pratiquer une politique de la mendicité. Compter pas sur la grosse Presse pour vous tirer cette conclusion.

  10. @ David

    La péréquation est un programme fédéral au même titre que la Défense ou les Pêcheries. Les Albertains (comme les Québécois) n’ont rien à dire là-dedans

    C’est vrai que les Québécois recoivent 60% de la péréquation mais l’argent ne vient pas du tout de l’Alberta; il vient d’Ottawa

    Québec ne recoit que 15% des 21 milliards en Défense, que 11% des 6 milliards en agriculture (on subventionne le transport des grains des fermiers de l’Ouest), 11% des 4 milliards en pêcheries et 9% des 7 milliards pour les Indiens.

    Au total, on a perdu 2,5 milliards en 2007

  11. Tous ces chiffres me rappellent un souvenir au goût amer: l’aéroport de Mirabel. Au moment où la décision de le construire, plusieurs experts disaient que c’était un mauvais choix et que ça défavoriserait l’achalandage aérien montréalais. On a sauvagement exproprié des terres, parmi les plus fertiles du Québec et qui étaient complètement mises en valeur, sans aucune raison valable.

    On a dépensé plusieurs centaines de millions de dollars au Québec. Ce qui justifiait de dépenser autant pour l’aéroport Lester B Pearson à Toronto. Ces sommes dépensées inutilement pour Mirabel représentaient un énorme coût d’opportunité: elles n’étaient pas disponibles pour le réel développement économique du Québec, par exemple améliorer le fonctionnement de l’aéroport de Dorval, la construction d’une voie de communication rapide entre le Centre-Ville de Montréal et l’aéroport de Dorval. (Ce qui n’est toujours pas fait …)

    En construisant Mirabel on favorisait directement le développement de L. B. Pearson. Beaucoup l’avaient prédit au Québec. L’histoire leur a donné raison. La construction de Mirabel a été un cadeau empoisonné planifié et la stratégie a très bien fonctionné et beaucoup de Québécois n’y ont vu que du feu. Les fédéralistes ont loué la beauté et la bonté du système canadien. Les souverainistes ont dit qu’on se faisait baiser dans ce marché de dupe. Qui a eu raison ?

    Donc, on aura beau aligner tous les chiffres qu’on veut c’est au bas de la feuille que sont les vrais chiffres. La péréquation est un marché de dupe dont nous pourrions très bien et avec profit remplacer par une gestion autonome complète de toutes nos compétences dans tous les domaines, la souveraineté. Des bonbons empoisonnés nous en avons eu suffisamment.

    Question :

    A-t-on déjà évalué le coût actualisé global de ce cadeau empoisonné ? Installation, manque à gagner, coûts d’opportunités, etc. Le kit complet quoi.

  12. Je suis à 100 % d’accord avec La Piasse – David devrait savoir que l’Alberta ne verse pas un sous au Québec. Les citoyens canadiens sont tous taxés selon les même taux, peu importe la province qu’ils habitent. Ce sont les contribuables canadiens les mieux nantis du pays qui payent le plus d’impôt et qui engraissent les coffres du fédéral – et il y a des citoyens bien nantis au Québec, en Ontario, et ailleurs. Je demeure convaincue qu’un grand nombre de personnes riches vivent au Québec, et je sais que plusieurs vivent en Ontario.

    En passant, 14,8 % des revenus du gouvernement de l’Alberta proviennent de transferts du gouvernement du Canada à l’Alberta.

    http://budget2009.alberta.ca/newsroom/charts-graphs.pdf#page=1

  13. L’exemple de Mirabel est parfait et coincide avec le déclin de Montréal versus l’émergence de Toronto comme métropole financière du Canada.

    Pour le pétrole je suis surpris d’ apprendre que l’on ait tant contribué financièrment à l’émergence de cette économie,mais pas du tout étonné que en bout de ligne l’on se fasse baiser.Les Canadians ont beaucoup appris des orangistes Britanniques ,ils ont assimilé l’art d’être vicieux et doté d’une absolue hypocrisie.

  14. Bonjour M. Lisée,

    Les chiffres de la Bibliothèque du Parlement sont-ils en dollars actualisés?

    Christian

    • @Christian
      Au sujet des chiffres de la Bibliothèque du Parlement:
      40,4 milliards $ en dollars courants, ou 79 milliards $ en dollars de 2007
      jfl

  15. Il n’y a rien de plus rentable pour un pays de colonisateurs orangistes comme le Canada d’avoir un pays nation comme le Québec comme réservoir de consommatieurs ou ils peuvent exercer le Dumping de voitures, de pétrole, de nourritures, de services doubles, d’assurances, etc…. sans avoir de comptes à rendre des impôts des taxes et des assurances qu’ils collectent au Québec
    Le Canada vole le Québec littéralement dans tous les ministères et dans tous les genres d’emplois et surtout dans tous les investissement rentables au Québec au Canada et dans le monde et ces fédéralistes colonisateurs ou leurs collabos colonisés sont assez méprisants de nous laisser croire grâce à leurs médias qu’ils nous font vivre que les impôts fédéraux que nous recevons ne viennent pas des impôts payés par les Québecois .
    Les fédéralistes dépossèdent le Québec de tout ce qui est rentable , nous donnent des miettes trompeuses de BS Péréquations pour éviter la révolte et osent nous mentir éffrontément pour faire du Québec une vulgaire colonie de consommateurs captifs
    Il est vraiment temps d’en finir avec ce mépris de plus de 250 ans et de mettre fin à l,anglicisation du Québec par John James Charest et sa gang des anciens des commandites .

  16. Ottawa avait aussi subventionné Hibernia, plus d’un milliard de dollars à l’époque (sur un projet de 5 milliards). Considérant la démographie de Terre-Neuve, c’est comme si Ottawa avait donné 8 milliards à Hydro-Québec pour développer l’hydro-électricité.
    Si seulement Ottawa nous permettait d’exploiter notre pétrole qui dort au nord des Iles de la Madeleine

  17. Au sujet de Mirabel…

    J’ai été témoin de l’expropriation sauvage et excessive des familles établies sur leurs terres depuis des générations. Nous leur disions: « mais vous expropriez beaucoup trop de superficie », les fédéraux de répondre « il faudra agrandir ». Ces terres ancestrales parmi les plus fertiles au pays, recouvertes de béton et de bithume et les familles au désespoir!

    Ce fut un drame terrible, un vrai désastre! Je crois qu’il est tout-à-fait impossible de chiffrer le malheur et la désolation des familles dépossédées de leurs terres irrémédiablement spoliées.

    Que produisent ces terres aujourd’hui? Les terres cultivables sont très rares au Québec. Nous avons tellement perdu collectivement que nous ne pourrons jamais quantifier nos pertes.

    Je crois qu’il en va de même à tous les niveaux dans notre Québec exproprié!

  18. J’aimerais rappeler que la Hollande a un taux de chomage de 5% et ce, en temps de crise économique.

    Il semble donc y avoir une solution au mal hollandais.

  19. Bonjour à qui peut m’éclairer sur les flux financiers entre le fédéral et le Québec.

    Quel le flux annuel d’impôts, taxes et autres redevances que les Québécois versent au fédéral et, inversement, combien le fédéral verse par année au Québec sous forme de péréquation, transfert social, investissement et subventions?

  20. Si à première vue, on serait porter à déduire qu’un tel contexte devrait favoriser le discours souverainiste, on réalise rapidement que c’est exactement l’inverse qui se produit. Dans la mesure où les partis souverainistes insistent pour qu’un Québec indépendant conserve le dollar canadien, la souveraineté ne nous épargnerait aucun des désavantages liés au pétrodollars albertains mais nous priverait de la compensation partielle que constitue la péréquation.
    Si les souverainistes veulent avoir la moindre chance que leur projet gagne en popularité avant la fin des temps, il leur faudra trouver une solution à ce problème.

  21. pis combien de millions le fédéral aurait-il englouti dans les chantiers maritimes québécois ?

    pis combien le fédéral a-t-il investi dans l’industrie aéronautique québécoise, la pharmaceutique ? Bombardier serait encore une usine de Ski-doo n’eut été de l’apport fédéral.

    M. Lisée est un grand expert à dépeindre une seule face de la médaille pour gagner son argument.

  22. Right On David !

    M. Lisée le Québec investi 14 milliards en 40 ans dans les sables bitumineux….

    En moyenne 2.8 MM / Ans

    Combien avons nous recu de péréquation pour 2009, plus de 8 MM.

    Combien pensez vous que les Albertains vont  » investir  » dans nos programmes sociaux sur les prochains 40 ans ! C’est pas des emplois ca ?

    L’augmentation de la production de pétrole ne fait pas que nuire au Québec, ca augmente aussi la péréquation ! Et tant qu’a moi l’augmentation du dollars n’est pas une mauvaise chose en soit, nous devrons être plus productifs et compétitifs pour compenser la force du dollars. Ca fera une béquille de moins !

    Non mais faut le faire… même Terre-Neuve est plus riche que nous ! Qui aurait cru !

    Si le pétrole Albertain est si sale que cela, retournons les $$$$ a Ottawa… soyons conséquents !

    Bye a tous et n’oubliez pas de faire vos chèques pour Haiti !

  23. @Tourane

    2007
    Québec à Ottawa: 45,725,000,0000
    Ottawa à Québec 43,171,000,000
    Bref, le Québec s’est fait voler 2,601,000,000

    http://www.statcan.gc.ca/pub/13-018 x/2009002/t/tab0724-fra.htm

  24. @ pasdedentier

    « M. Lisée est un grand expert à dépeindre une seule face de la médaille pour gagner son argument. »

    Pour ce genre de cas, il ne vous arrive pas à la cheville Monsieur.

  25. Jean-François Lisée est peut-être un grand expert à dépeindre une seule face de la médaille, ce n’est pas vraiment grave car il ne manque pas de monde pour dépeindre l’autre face…

    Le Québec n’est pas que noir, que Lisée y mette un peu de blanc, je trouve ça bien.

    Patrice

  26. Les fédéfaleux nous parlent encore de la péréquatopn qu’ils chérissent sans savoir combien nous en avons payé.

    70 000 milles emplois (direct?) réduits en fumée.

    Combien de PIB perdu?

    Combien le gouv du Québec a perdu en revenu?

    Combien de milliards par année?

  27. J’oubliais

    Depuis combien d’année nous recevons de la péréquation?

    Et quel est le montant total.

    Les fédéralistes d’ici semblent tout savoir.

    Qu’ils nous donnent des chiffres à ces questions.

  28. On enfonce dans la gorge du Québec un sytème qu’il rejette pour ensuite lui reprocher de supposément en tirer maints avantages. Nous reconnaissons votre mauvaise foi constitutionnelle.

    C’est vrai que c’est difficile à comprendre…Nous ne voulons pas de nanannes empoisonnés peu importe que l’enrobage soit chocolaté.

    Il est absurde d’envoyer notre argent chez le voisin pour devoir ensuite « faire la belle » en espérant un jour le récupérer.

    Le Québec n’a pas besoin de la tutelle fédérale pour administrer ses taxes et impôts. Au Québec, il y a un gouvernement de trop. Deux c’est inutile et ruineux. Deux paliers de gouvernement c’est un dédoublement de frais, allooooo les grands économistes…

    Si en 1980, nous avions fait le bon choix, nous n’en serions pas là. En 1980, Monsieur Lévesque a dit, suite à la victoire du non: »la balle est maintenant dans le camp fédéral », alors les fédéraux, où en est-on aujourd’hui? Ouvrez-vous les yeux et soyez honnêtes enfin. Ayez donc le courage d’admettre que vous vous êtes fourvoyés et admettez que le Québec ne va nulle part, tourne en rond. Nous nous faisons mentir, trahir, voler à tour de bras par une ploutocratie.

    La démocratie est morte en ce pays, sortez des limbes. L’économie est moribonde et les oligarques se vautrent dans leurs milliards.

    Comprenez cela, nous voulons rompre avec la dépendance, nous voulons notre indépendance.

  29. @ Lapiasse

    Ainsi donc l’argent de la péréquation ne vient pas des provinces mais d’Ottawa.

    Au fait, tu peux me dire où Ottawa prend son argent ?

  30. @ ClaudeB:

    Quand les États-Unis ont obtenu leur indépendance en 1776, l’objectif était de retirer des pouvoirs à l’entité coloniale pour les redonner au peuple.

    Quand les pays africains ont obtenu leur indépendance dans les années 50-60, l’objectif était de retirer des pouvoirs à l’entité coloniale pour les redonner aux politiciens/gouvernements locaux.

    L’indépendance américaine a fait de ce pays, dans un laps de temps relativement court, une puissance économique. Les indépendances en Afrique ont poursuivi le cycle de corruption et de pauvreté, le tyran colonial ayant seulement été remplacé par un tyran local.

    Voilà pourquoi je ne suis pas souverainiste, parce que le projet qu’on nous propose (via le PQ et Québec Solitaire) n’est pas une indépendance à l’américaine, mais une indépendance à l’africaine.

    Un projet indépendantiste crédible, cohérent et viable devrait viser à libérer les individus et non pas simplement remplacer la domination d’un gouvernement par celle d’un autre gouvernement.

    L’indépendance à l’africaine n’a pas pour but de briser nos chaînes, il désirait simplement changer l’identité des geôliers.

    Et les nationalistes mettront toujours de l’avant une indépendance à l’africaine parce qu’ils considèrent qu’aucun individu n’est plus important que la société à laquelle il appartient. Par conséquent, ce n’est pas l’émancipation des individus qui prime, mais la création d’une entité centrale forte qui se réservera le droit d’intervenir dans nos vies sous prétexte qu’il faut protéger la nation.

  31. M. Lapiasse
    Je viens de voir votre commentaire. Merci

    Si tel est le cas, à savoir que les Québécois versent plus qu’ils ne recoivent, y compris les versements de la peréquation, nous pouvons arguer que les deniers québécois investis par le fédéral ne rapportent pas. Pire, son investissement dans les sables accuserait une perte déjà comptabilisée de 55,000 emplois dans le secteur manufaturier contre une promesse de 35 000 sur 25 ans… sans tenir compte des GES.

    Nous avons pas à subir les externalités négatives de son développement.

  32. @ 30 David :
    février 2, 2010 à 18:24
    @ Lapiasse

    Ainsi donc l’argent de la péréquation ne vient pas des provinces mais d’Ottawa.

    Au fait, tu peux me dire où Ottawa prend son argent ?

    Vrai!

    C’est principalement à plus de 65% au Québec et en Ontario.

  33. A quand une commission indépendante pour faire la lumière sur tous ces chiffres interprétés par chacun à la convenance de ses opinions ou préjugés? Si un jour nous faisons l’indépendance du Québec, il faudra bien se résoudre à cet exercice, non?
    Pourquoi ne pas commencer tout de suite, car il me semble que l’argumentaire économique serait bien perçu par la majorité québécoise.

    Le titre du rapport: « Avions-nous raison de dire « OUI » ou « NON » au référendum de 1995? »

    15 ans, c’est une bonne perspective, mais si vous voulez vérifier depuis 1985, je n’ai aucune espèce d’objection…

    Le joyeux retraité de MZT

  34. «Au fait, tu peux me dire où Ottawa prend son argent ?» >>david

    Au Nunavut !

    C’est lui-même qui l’a dit en 2007, sur le blogue que Pierre Duhamel tenait dans la revue. Le Nunavut est plus riche que l’Ontario et toutes les provinces du Canada !

  35. On entend peu parler des conséquences de l’ouverture de la voie maritime à la fin des années ’50 qui a coïncidée à la déchéance entre autres de la zone industrielle du canal Lachine devenu désuète et à la perte de statut de métropole de Montréal: tout pouvait se faire désormais à l’ouest.

    Ironiquement, le Québec a contribué financièrement à ce projet qui allait donner des ailes à l’ouest tout en y perdant lui-même des plumes…

  36. Je crois que l’intervention la plus totalement loufoque est celle des USA dont il paraît que la révolution a redonné le pouvoir au peuple. Quand on sait combien les rédacteurs de la constitution avaient peur du peuple. Le peuple n’a rien à dire aux États-Unis, un pays totalement contrôlé par les lobbies, où même la Cour Suprême vient de donner raison aux entreprises qui vont maintenant pouvoir financer librement les campagnes électorales. Les USA, un pays donné en pâture aux multinationales, le pays où les individus ne sont rien du tout. Les libertariens deviennent de plus en plus pathétiques.

  37. Puisque David admet qu’il ne comprend toujours pas d’où Ottawa prend son argent…

    70% des revenus d’Ottawa provient des taxes perçues en Ontario et au Québec, où vivent près des deux tiers de la population du Canada.

    Ottawa génère des revenus par l’imposition des revenus des particuliers et des sociétés; par les impôts indirects (TPS); par les cotisations aux régimes (assurance emploi) et autres impôts.

    LES TAUX DE TAXATION DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL NE VARIENT PAS SELON LES PROVINCES. À salaire égal et circonstances égales, un contribuable qui vit en Alberta paie les mêmes impôts au gouvernement du Canada qu’un contribuable qui vit au Québec.

  38. @David

    Ottawa a pris 45,7 milliards dans nos poches en 2007. Il nous a remis 43,1.
    Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Statistiques Canada

    On recoit 60% de la péréquation, mais juste 15% des 21 milliards de la Défense, juste 11% des 6 milliards en Agriculture, juste 9% des 7 milliards des Affaires indiennes, juste 11% des 4 milliards des Pêcheries. Ca on en parle jamais.
    Au total, on a perdu 2,5 milliards en 2007. C’est pas moi qui le dis, c’est Statistiques Canada

    Quant à l’indépendance pensez-vous deux secondes que c’est Québec Soso, avec ses 4% de fans, qui va diriger le Québec?
    Le PQ a fait les fusions municipales. Qui dirigent Montréal? Laval? Longueuil? Trois-Rivières? Chicoutimi? Tout le Québec municipal est dirigé par des Libéraux.
    As-tu vu leur niveau d’efficacité?

  39. Le Québec reçoit plus de BS Péréquation parce qu’il reçoit pas sa part des investissement rentables créateurs d’emplois
    Le Québec perd dans tous les domaines car les Canadians l’ont dépossédés de tous les secteurs rentables ( Ports aéroports ambassades automobile transformation de la bouffe , assurances banques bourse etc…)
    Le Québec est la vache à lait du Canada colonisateur , une réserve de bilingues sous payés et un déversoir pour l’immigration la moins rentable etc..
    Le Québec .s’autodétruit systématiquement en votant fédéraliste

  40. @François Isabelle

    On pourrait dire exactement la même chose sur les états de New York et Californie, aujourd’hui devenu de loin la plus populeuse et prospère des 50 états. Pourtant, on entend jamais les New Yorkais se plaindre de la prospérité californienne.

    Pensez-vous vraiment que le canal Lachine construit voilà 130 ans ne sera pas devenu désuèt tout seul ?

    L’histoire de l’Amérique du Nord en est une d’expansion vers l’Ouest, sauf qu’ici au Québec on s’en plaint et on tourne cela en persécution malveillante. C’est le complexe de persécuté, d’éternelles victimes qu’entretient les nationalistes québécois depuis toujours.

  41. Lapiasse,

    Tes chiffres, incluent-ils la portion du service de la dette canadienne attibuable au pro-rata au Quebec?

    Je pense que non.

  42. L’Alberta a de l’or noir qui l’enrichit. L’or véritable se vend à des taux faramineux. Le Québec a d’importantes mines d’or en Abitibi. Que rapportent au trésor public du Québec ces mines d’or (et toutes les autres mines importantes) ? Pourquoi le Québec ne peut-il pas s’enrichir avec ses mines d’or? Personne n’en parle. Pourquoi ?

  43. @pasdedentier
    Ca va tellement mal en Californie qu’ils vont libérer 6,500 prisonniers. Y’ont pu d’argent pour les garder. L’État le plus riche n’a plus d’argent pour son one-two-three 25 years et le pays n’a plus d’argent pour aller sur la lune, 41 ans après Neil Amstrong. On a vu l’Empire soviétique s’effondrer sous nos yeux, on voit maintenant l’Empire américain tomber aussi sous non yeux. C’est juste un peu plus long…

    @montréalais
    Non les chiffres n’incluent pas le service de la dette évalué à 7,3 milliards pour le Québec en 2007

    Je vous souligne que les Albertains ne l’incluent pas non plus lorsqu’ils disent qu’ils envoient 20 milliards de plus à Ottawa. Idem pour les Ontariens qui envoient 20 milliards de plus à Ottawa lorsqu’on ne calcule pas le service de la dette. Ce qui n’empêchera pas les Ontariens de collecter 1 milliard en péréquation. Comme quoi il n’y a aucun rapport. Mais nos Mario Dumont continuent à nous dire que la péréquation c’est un cadeau des sables bitumineux!

  44. «Pourtant, on entend jamais les New Yorkais se plaindre de la prospérité californienne.» >pas de dentier
    - – - – - –

    Les entendra-t-on maintenant que la Californie est en faillite ?

  45. @ Loraine King & Yvon Fleurent

    Et ça donne combien par habitant ?

    C’est drôle parce que par habitant, en Alberta on verse plus de taxes et impôts à Ottawa qu’on reçoit d’argent en retour.

    Au Québec c’est l’inverse.

    @ Lapiasse

    Met à jours tes chiffres. L’institut de la statistique du Qc a les plus récents.

    Selon l’institut de la statistique du Québec (comparaisons inter-provinciales, section finance publique), le fédéral a prélevé en taxes et impôt de toute sorte en 2007 (l’année la plus récente avec des stats) 5 948$/habitant.

    Le fédéral a dépensé au Québec un total de 7 980$/habitant.

    Le fédéral a plus dépensé au Québec qu’il a prélevé.

    Au final, le Québec a reçu du fédéral 2 032$/habitant.

    En Alberta, il y a un déficit de 4 516$ !!!

    http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

  46. @Montréalais

    Peu importe ce que les chiffres de Lapiasse comprennent, ils ne sont pas valides. Voici ce qui a été publié par l’institut de la statistique du Québec pour 2007 sur ce qui est perçu et dépensé au Québec par le Fédéral (en milliards):

    Dépenses en programme de l’administration Fédérale : 50.514
    Dépenses courantes nettes du Fédéral : 10.801
    Recettes totales du Fédéral : 45.725

    ***.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

    Cela fait déjà plusieurs années que le Fédéral donne plus au Québec que ce qu’il y prélève. Donc quand on dit que le Québec contribue à 20% cela me parait faux puisque ça ne tient pas compte du fait qu’on reçoive plus que ce qu’on envoie.

    Il y a un problème à ne pas garder une vue d’ensemble. C’est un peu comme dire que l’investissement en pharmaceutique est minable pour le reste du Canada puisque cet investissement se fait principalement au Québec (donc en se basant sur le 20% de M.Lisé pour le pétrole, investissement financé à 80% par le ROC) et qu’on investit beaucoup moins dans ce secteur dans les autres provinces.

    Pendant qu’on investissait dans l’industrie du pétrole en Alberta, à Terre-Neuve, on investissait dans d’autres domaines au Québec. Certes cela fait de grosses sommes pour le pétrole mais quelle différence y a-t-il entre un gros montant dans un secteur ou des montants moindres dans plusieurs secteurs. Au total, il reste que le Québec reçoit plus que ce qu’il donne.

    Quand on dit que le Québec a fourni 1.7 milliards pour le nucléaire de l’Ontario et que cela représente 1125 emplois. C’est un peu simpliste de faire une analyse sur les montants auxquels on contribue sans tenir compte de ceux pour lesquels ce sont les autres qui contribuent puisqu’au final, il semble que les autres investissent plus chez nous que nous le faisons chez eux. Combien d’emplois représentent les milliards que le Québec reçoit de plus que ce qu’il envoie ?

  47. Concernant le -435 millions d’Hydro, il y a des nuances à apporter. Si ma mémoire est bonne, le fédéral avait versé 150M en aide financière pour cette catastrophe, le montant en litige est une demande de remboursement pour la remise en état du réseau.

    Il faut savoir que les sociétés d’état ne sont pas couvertes par les accords d’aide financière en cas de catastrophe. Il faut également savoir que lorsqu’on compare avec le Manitoba et avec Terre-Neuve, il faut tenir compte du fait que les lois sur ces indemnisations on changées entre le moment où est survenue la crise du verglas (98) et le moment où sont survenus celles des autres provinces (84). C’est donc un montant que ne devions pas recevoir. Signalons également qu’on parlait d’environ 5 millions pour les autres provinces ce qui permet de supposer que si les réclamations du Québec avaient été de cette envergure, le dédommagement aurait vraisemblablement été versé.

  48. @ DAvid – cela dépend de quel habitant – mais quand on le compare à un habitant d’une autre province qui a le même revenu et les mêmes circonstances, un albertain ne paie pas plus cher d’impôt à Ottawa qu’un Ontarien ou qu’un Québécois.

    C’est évident qu’il y a plus de gens qui ont des salaires élevés en Alberta qu’au Québec. Mais avec les deux-tiers de la population canadienne vivant en Ontario et au Québec, le fédéral va chercher la très forte majorité de ses revenus dans ces deux provinces.

    Mais puisque vous faites le calcul par habitant, vous devriez aussi indiquer que le Québec reçoit beaucoup moins par habitant que plusieurs autres provinces, n’est-ce pas?

  49. Combien le Québec donne à Ottawa et combien Ottawa donne au Québec?

    En 2007,

    Faites le calcul…

    (en million$)

    14. Les transferts fédéraux

    Transferts courants du fédéral aux particuliers du Québec = 17 984

    Transferts courants du fédéral : subventions et transferts de capitaux aux entreprises publiques et aux sociétés du Québec = 1 106

    Transferts courants du fédéral aux administrations provinciales du Québec = 13 532

    13. Les finances publiques

    Dépenses de programme de l’administration fédérale au Québec = 50 541

    Dépenses courantes nettes du fédéral en biens et services au Québec = 10 801

    Recettes totales du fédéral provenant du Québec = 45 725

    http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/index.htm

    Pourquoi on chiale au juste?

  50. L’analyse de M. Lisée est très biaisée et très fragmentaire. Elle prend les investissements dans la principale richesse de l’Alberta et calcule les investissements que le fédéral auraient dû faire au Québec. Le problème est que M. Lisée est contre le fédéralisme. Il ne comprend pas que c’est un investissement qui rapporte pour le Canada au complet et que nous en bénéficions par l’intermédiare de la péréquaqtion.

    Je me pose cependant la question à savoir pourquoi le Québec n’a pas demandé à Ottawa à l’aider dans ses investissements dans les barrages hydroélectriques passés et futurs. Nous pourrions alors recevoir le balancier.

  51. Bonjour Lapiasse,

    Belle mentalité, c’est drôle, moi quand je vais la banque on me permet pas d’enlever mes dette de mon bilan.

    Cette dette ne s’effacera pas dans le ca d’un Québec indépendant, elle sera transférée.

    Le service de la dette fait parti du bilan, désolé, ce chiffre de déséquilibre c’est de la pure connerie sans ca.

    Si vous voulez discuter de la part réelle des la valeur de la dette imputable au Québec, (en immobilisations, en deficits d’opération relié au services gérés ou distribués au Québec) la je vous suis.

    Sinon… beurk.. c’est pas joli de faire mentir des chiffre.

  52. Monsieur Lisée est peut-être contre le fédéralisme, mais il prouve tout de même que ce système ne fonctionne tout simplement pas.

    Avec les Conservateurs au pouvoir, j’ai bien peur que ces énormes sommes engloutis dans les sables bitumineux ne fassent qu’augmenter au cours des prochaines années, continuant ainsi à polluer allégrement et coupant les projets de production d’énergie verte de subventions possibles.

  53. « Il ne comprend pas que c’est un investissement qui rapporte pour le Canada au complet et que nous en bénéficions par l’intermédiare de la péréquaqtion.  » (Roger L)

    Yes! Thing big stie!

    Investissons le plus possible en Alberta dans les sables b. pour avoir de la péréquation. Ils l’ont l’affaire eux autres.

    Yes! On va en faire en sti du fric avec la péréquation.

    Thing big!

  54. @ Loraine King

    Le Québec reçoit plus d’Ottawa qu’il ne donne.

    L’Alberta donne plus à Ottawa qu’il ne reçoit.

  55. @ David – L’Alberta ne donne pas un sous au Canada. Le Québec non plus. Les gouvernements des provinces ne donnent pas d’argent au gouvernement du Canada.

    Ce sont les citoyens canadiens qui payent des impôts au Canada, tous aux mêmes taux, qu’importe la province où ils vivent.

  56. Est-ce que quelqu’un a calculé le prix du barril net si l’Alberta avait nettoyé graduellement ce dégat et empêcher un lac de déchet de 50 miles carrés(selon l’article du National Geographic)? Les Albertains sont peût-être plus pauvres qu’ils en le pensent ou si c’est le Canada qui paiera pour nettoyer? Ou encore ils vont laisser le  »bird watching lake » se remplir encore sans jamais le nettoyer?

  57. Une population dont le territoire est planifié par d’autres, aménagé par d’autres, géré par d’autres, exproprié par d’autres, dans un but et une perspective établi par d’autres et au profit des autres est réduite à l’insignifiance. – René Lévesque