Ravi Shankar en 5 influences et collaborations

par

Décédé mardi à l’âge vénérable de 92 ans, le musicien Ravi Shankar a été le point de contact entre la culture musicale indienne et plusieurs des musiciens les plus influents du XXe siècle. En voici cinq.

John Coltrane

C’est la musique de Ravi Shankar qui a attiré l’attention du saxophoniste vers la culture indienne, au début des années 1960. Par la suite, Coltrane a parfois intégré les tablas et l’instrumentation traditionnelle indienne à sa musique, mais il en a surtout gardé des concepts théoriques comme des gammes, des rythmes ou le fameux bourdon (quand la basse reste toujours sur une même note).

John Coltrane devait passer six mois à étudier avec Shankar en 1967, mais est malheureusement décédé avant. Son fils, Ravi Coltrane, a été nommé en l’honneur de Shankar.

The Byrds

Le groupe américain The Byrds est l’inventeur du ragga-rock, un sous-genre des années 1960 où le rock se teinte fortement de la musique indienne. C’est « Eight Miles High » qui lance la mode, une chanson influencée autant par Shankar que par la pièce « India », de John Coltrane.

Le guitariste David Crosby est entré en contact avec la musique de Shankar alors qu’ils enregistraient au même studio. Par la suite, ce sont les Byrds qui ont présenté Shankar aux Beatles au milieu des années 1960.

The Beatles

Y a-t-il encore quelque chose à dire sur les liens entre Ravi Shankar et les Beatles ? Des quatre anglais, c’est le guitariste George Harrison qui a le plus été influencé. Il a pris des cours de sitar avec le maître et a continué à collaborer avec lui jusque dans les années 1990.

Yehudi Menuhin

Percer le monde de la musique populaire, c’est une chose. Entrer dans le cercle parfois hermétique de la musique dite « sérieuse », c’en est une autre. Shankar a rencontré le grand violoniste Yehudi Menuhin en 1951, mais ce n’est qu’en 1967 qu’ils mettront sur disque leur travail ensemble.

Le disque East Meets West a remporté un prix Grammy, dans la catégorie Best Chamber Music Performance.

Philip Glass

Même si c’est à cette époque qu’elle atteint son apogée, l’influence de Ravi Shankar s’étend bien au-delà des années 1960. Ainsi, en 1990, il collabore avec le compositeur minimaliste américain Philip Glass, pour le disque Passages.

BONUS :
Claude Jutra et Norman McLaren

En 1957, les cinéastes Claude Justra et Norman McLaren réalisent le réjouissant court-métrage Il était une chaise. Ravi Shankar viendra dans les studios de l’ONF pour en faire la trame sonore.

Impossible d'ajouter des commentaires.