Nos jeunes sont-ils illettrés de la finance?

Les jeunes Québécois sont des analphabètes des finances personnelles. École et parents ayant renoncé à cet enseignement, des bénévoles et des entreprises prennent le relais. Rencontre avec ces nouveaux missionnaires du portefeuille.

par Dominique Forget
Les jeunes Québécois sont des analphabètes des finances personnelles. École et p

Ill: Sébastien Thibault

Jésus, accroché au mur, les bras en invocation, n’en croit pas ses yeux. Par une journée de printemps ensoleillée, une trentaine d’élèves de 5e secondaire du Séminaire salésien de Sherbrooke ont volontairement sacrifié leur pause de midi pour se réunir dans la salle de pastorale. Pas question cependant de discuter des mystères de la Sainte Trinité. Le sujet à l’ordre du jour est, peut-être, davantage énigmatique. Devant la classe, un professeur s’évertue à expliquer aux jeunes la différence entre un REER et un CELI.

Jeremy Cool – oui, c’est son vrai nom?! -, 17 ans, les cheveux coupés à la Xavier Dolan, est probablement à une bonne cinquantaine d’années de la retraite. «?Il faut s’y prendre tôt?», me dit cet élève qui a commencé à travailler à l’âge de 14 ans, d’abord comme plongeur dans un restaurant vietnamien, puis comme vendeur de planches à neige dans un magasin de sport. L’adolescent compte entreprendre l’an prochain un diplôme d’études professionnelles en électromécanique de systèmes automatisés et espère bien acheter sa première maison avant l’âge de 25 ans. «?D’ici là, il faut que je choisisse les bons placements.?»

L’abc de la finance personnelle est enseigné au Séminaire salésien sous la houlette de l’Académie du Trésor, un OSBL lancé en 2010 par Dominique Asselin, vice-président et conseiller en placement chez RBC Dominion valeurs mobilières. Ce père de trois enfants se désespérait de voir les jeunes Québécois décrocher un diplôme sans jamais avoir appris à se méfier des pièges du crédit ou à différen­cier une action d’une obligation. Son «?Académie?» a conclu des ententes avec sept écoles de niveau primaire, secondaire et collégial de la région de Sherbrooke et de Saint-Bruno, tant au public qu’au privé, et espère planter ses racines partout au Québec.

Les élèves qui participent à la formation de l’Académie du Trésor ont une motivation toute particulière pour prêter attention en classe. À la fin de cette for­ma­tion, qui dure de 15 à 25 heures selon le niveau, chacun reçoit un jeton d’une valeur de 100 à 200 dol­lars, en fonction de la note obtenue à l’examen. L’Académie investit l’argent dans des actions, et les jeunes peuvent suivre la valeur de leur portefeuille sur le site Internet de l’organisme. «?C’est une façon de les maintenir intéressés une fois le cours terminé?», explique Domi­nique Asselin, qui a financé le programme (100 000 dollars à ce jour) avec son argent personnel et celui d’un donateur privé, qui préfère garder l’anonymat.

Ils sont nombreux, comme Dominique Asselin, à se soucier de l’éducation financière des jeunes Québécois. Depuis que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) a sonné le glas, en 2009, du cours obligatoire d’éducation économique qui était donné en 5e secondaire, les initiatives maison se multiplient. En 2011 uniquement, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a versé 750 000 dollars pour financer différents projets pédagogiques, notamment grâce à son Fonds pour l’éducation et la saine gouvernance, en plus de créer ses propres outils d’information, comme le site Tesaffaires.com, destiné aux jeunes de 15 à 21 ans et tout juste «?revampé?». L’argent est puisé à même les amendes imposées aux frau­deurs qui se sont fait pincer par l’Autorité.

«?Autrefois, les jeunes n’avaient pas tellement de raisons de s’inté­resser aux finances personnelles, admet Camille Beaudoin, sociologue et chef du Service de l’éducation financière à l’AMF. Ça change aujourd’hui, avec le déclin des régimes de retraite à prestations déterminées. Les travailleurs de demain vont porter sur leurs seules épaules tout le poids de leur avenir financier. On ne peut plus se permettre de mettre sur le marché du travail des analphabètes en économie.?»C’est grâce à l’appui de l’AMF que l’ACEF de l’île Jésus – un OSBL qui offre de l’aide aux personnes aux prises avec des problèmes de budget ou d’endettement – a conclu un partenariat avec la commission scolaire de Laval pour sensibiliser les élèves de la 3e à la 6e année du primaire à l’importance de mettre des sous dans leur tirelire. Deux visites d’une heure sont offertes aux écoles?: une première où les jeunes apprennent à différencier leurs besoins de leurs désirs?; une seconde où l’on discute de ce qu’est un revenu et où l’on explique que, non, malheureusement, les guichets automatiques ne peuvent pas nous imprimer des billets de banque à l’infini.

Dans une classe de 6e année de l’école primaire L’Aquarelle, dans le quartier Sainte-Rose, la petite Yasmine a une solution toute trouvée pour régler le problème posé par l’éducatrice envoyée ce jour-là par l’ACEF?: une maman n’a pas assez de sous pour payer les chaussures de marque que désirent ses deux enfants. «?Je vais les mettre sur la carte de crédit?», répond l’enfant, fière de sa ruse.

C’est le genre de réponse qui donne de l’urticaire à Carole Lebœuf, formatrice à l’ACEF de l’île Jésus. «?Je vois toutes les semaines, à mon bureau, des gens pris à la gorge, parfois des cégépiens qui sont déjà aux prises avec des factures de téléphone cellulaire qu’ils n’arrivent pas à payer. Le crédit est devenu telle­ment facile et on ne met pas les jeunes en garde?!?»

Le Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais tape sur le même clou. Cette organisation a elle aussi reçu une contribution de l’AMF, pour aider les 16-35 ans à prendre leurs finances personnelles en main. Les jeunes, souvent des décrocheurs ou des diplômés qui veulent réorienter leur carrière mais manquent de ressources pour le faire, assistent aux ateliers dans les bureaux de Gatineau. «?On leur apprend des choses aussi simples que lire un bulletin de paye, ce que, souvent, personne ne leur a enseigné, dit Josée Cousineau, coordonnatrice. On leur explique ce que sont les impôts et à quoi ils servent, ou encore comment choisir entre l’achat et la loca­tion d’une voiture.?» L’École de l’argent (c’est le nom du programme) fait déjà des petits. Douze carrefours jeunesse emploi un peu partout au Québec ont repris la formule.

À Rouyn-Noranda, le Centre ressources jeunesse a lancé sa propre initiative, un programme baptisé Parlons d’argent, également destiné aux 16-35 ans. «?L’abo­lition du cours obligatoire au secondaire est une catastrophe, déplore Annick Carrière, coordonnatrice. On a tout mis sur les épaules des parents, mais eux-mêmes sont souvent mal outillés pour enseigner des notions de finances personnelles à leurs enfants. Le résultat, c’est que ce sont souvent les jeunes les plus défavorisés qui reçoivent le moins d’information. On essaie tant bien que mal de combler le vide.?»

L’automne prochain, même la Dictée P.G.L. inclura des mots tirés du jargon financier, gracieuseté de l’AMF?! Est-ce que les élèves qui apprendront à épeler «?rente viagère?» sauront davantage planifier leur retraite?? Marie J. Lachance, professeure de sciences de la consommation à l’Université Laval, en doute. «?Toutes ces initiatives sont fort louables, mais tant qu’il n’y aura pas d’enseignement « mur à mur » offert à tous les élèves, les jeunes ne seront pas équipés pour assurer leur avenir financier.?» Pour elle, il n’y a qu’une solution?: le retour d’un cours obligatoire au secondaire.

De nombreuses voix se joignent à la sienne, et non les moin­dres. Monique Leroux, présidente du Mouvement des caisses Desjardins, a plaidé pour le retour du cours lors de l’assemblée générale annuelle de 2011. Et Jacques Ménard, président de BMO Groupe financier pour le Québec, en a fait son cheval de bataille. À la demande du ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, cet homme d’affaires avait coprésidé, en 2009-2010, le Groupe de travail sur la littératie financière, chargé de conseiller le Ministère sur les meilleures façons d’aider les Cana­diens à gérer leur argent.

«?La littératie financière est une responsabilité partagée?», affirme Jacques Ménard, assis dans son bureau lambrissé du Vieux-Montréal. «?Les employeurs qui offrent des régimes de retraite, les professionnels du milieu financier, les médias, les parents… tous doivent contribuer. Pour le moment, au Québec du moins, l’école est la grande absente.?» Le banquier a rencontré personnellement les hauts fonctionnaires du ministère de l’Éducation pour les convaincre de remettre le cours d’économie au programme. Avec un certain succès. Même s’il n’a pas fait d’annonce officielle, le MELS plancherait sur un cours optionnel de 50 heures, qui serait testé dans le cadre d’un projet-pilote à partir de l’automne 2013.

Plusieurs professeurs qui ont donné le cours d’économie dans le passé arguent que la matière barbait les élèves. Pas facile de sensibiliser les adolescents à l’importance d’économiser quand papa et maman paient encore pour tout. Daniel Rouil­lard, professeur à l’école secondaire du Triolet, à Sherbrooke, et vice-président à l’économie et au monde contemporain de l’Asso­ciation québécoise pour l’enseignement en univers social (AQEUS), se sentait souvent comme un vieux prêtre moralisateur quand il enseignait à ses élèves l’importance de mettre de l’argent de côté. «?C’est comme aller dire aux élèves qui fument qu’ils risquent d’avoir un cancer quand ils auront 50 ans. Leurs yeux montent tout de suite au ciel.?»

***

Crédit photo : La Presse Canadienne

Jacques Ménard croit que les élèves seront intéressés, dans la mesure où les professeurs disposeront des bons outils. En collaboration avec Claude Montmarquette, économiste à la tête du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), il compte proposer aux professeurs du secondaire des outils tech­nologiques clés en main, des «?jeux?» en quelque sorte, qui permettront aux élèves de s’initier aux rouages de l’économie – sans pouvoir se plaindre que, franchement, c’est trop «?plate?»?! Leur projet recevra, au cours des trois prochaines années, 300 000 dollars de l’AMF, 150 000 du ministère des Finances du Québec et 450 000 de Finance Montréal, organisation qui regroupe des entreprises privées.

«?Il faut aller plus loin que l’ensei­gnement de notions sur les finances personnelles, croit Claude Montmarquette. Les jeunes doivent comprendre les bases de la macroéconomie – comme les relations entre l’inves­tissement, le taux de chômage et l’inflation -, ne serait-ce que pour être en mesure de mieux éva­luer les politiques publiques.?»

Dans l’un des jeux conçus par son équipe du CIRANO, les joueurs reçoivent une petite rémunération (l’argent serait remplacé par des notes, dans un contexte scolaire) lorsqu’ils exécutent des tâches à l’écran. Sauf que leurs revenus sont imposés. «?Nous leur faisons expérimenter deux régimes d’impôt?: le progressif et le régressif, explique l’économiste. On veut leur faire prendre conscience que le mode d’imposition peut avoir un effet sur l’effort. Après ce genre d’exercice, ils se rendront compte qu’imposer fortement les hauts revenus, ça peut être contreproductif.?»

L’initiative de Jacques Ménard et Claude Montmarquette fait grimacer Daniel Rouillard, de l’école du Triolet. «?À cause du lâcher-prise du Ministère, ce sont les banquiers qui sont en train de définir les notions d’économie et de finances person­nelles qui vont être enseignées à nos jeunes, déplore-t-il. Ce sont les mêmes qui leur offrent des cartes de crédit et qui s’enrichissent sur leur dos.?»

Jacques Ménard s’indigne aussitôt qu’on lui fait la remarque. «?Je n’ai aucune intention machia­vélique, se défend-il. Je n’ai pas intérêt à ce que les Québécois s’endettent et s’appauvrissent?! Au contraire, nos clients qui sont financièrement responsables remboursent leurs dettes, épargnent, travaillent et sont susceptibles de faire travailler d’autres personnes. Ils contribuent au développement économique et social de notre société. C’est ce genre de gens qu’on veut former.?» Claude Montmarquette renchérit?: «?Si les habitants d’un pays ne comprennent rien à l’économie, on est foutu. Regardez la Grèce.?»

QUIZ : FINANCES PERSONNELLES – EN SAVEZ-VOUS PLUS QU’UN ÉTUDIANT DU SECONDAIRE ?

Impossible d'ajouter des commentaires.