Quand le monde dit adieu à Steve Jobs

De photoreportages en vidéos, d’infographies en décryptages, retrouvez les hommages les plus vibrants au cofondateur d’Apple qui, à sa façon, a changé le monde.

par Vincent Destouches
Quand le monde dit adieu à Steve Jobs

Montage réalisé par un internaute (DR)

La réaction la plus forte et la plus attendue était sans conteste celle de la compagnie que Steve Jobs a cofondée : Apple. « Le monde est incommensurablement meilleur grâce à Steve (The world is immeasurably better because of Steve) », a-t-elle dit dans un communiqué de presse. Sobrement, à l’image des produits de la marque, le site officiel accueille les internautes avec une photographie en noir et blanc de Jobs, ainsi que les dates « 1955-2011 ». Puis, un message suit :

 

 

Steve Jobs – l’homme, la carrière, l’héritage. Le sujet est vaste et a été traité par les sites du Monde, du Nouvel Observateur et de L’Express sous forme de photoreportages, le premier s’intéressant à la trajectoire du Californien, le second à ses créations, et le troisième faisant la synthèse des deux.

Wired n’est pas en reste. Deux galeries photos s’attardent sur la vie de l’entrepreneur, ainsi que sur ses plus grandes réalisations, du Macintosh (1984) à l’iPad (2011) en passant par l’iPod (2001) et l’iPhone (2007). Mais le magazine technologique et culturel va plus loin, en proposant une grande réflexion sur le phénomène Jobs et son héritage, avec en prime une vidéo hommage.

 

 

Le New York Times a créé un outil interactif retraçant la vie de Jobs, ainsi que la liste des 317 brevets qu’il a déposés. Sur le site de The Guardian, des capsules audio du journaliste Charles Arthur permettent de mieux comprendre le parcours et les motivations de l’entrepreneur. Sur le même site, on retrouve une liste des marques déposées par Apple.

Pendant que certains Américains se sont rendus dans des Apple Store dans l’intention de se recueillir, Bill Gates a publié un communiqué dans lequel il confie que « Steve (lui) manquera immensément », et que ce fut pour lui « un extrême honneur » d’avoir eu « la chance de travailler avec lui ».

Autre génie de la technologie, Mark Zuckerberg a salué son homologue par l’entremise un message sur Facebook. « Steve, merci d’être devenu un mentor et un ami. Merci d’avoir montré que ce que tu construis peut changer le monde. Tu vas me manquer. »

 

 

SUITE DE L’ARTICLE >>

Les réseaux sociaux étaient particulièrement en émoi après l’annonce de la mort de Jobs. Les commentaires continuent d’ailleurs d’affluer sur les mots-clics RIP Steve Jobs, #iThankYouSteve et #iSad.

La biographie de Jobs signée par Walter Isaacson, qui ne sera dans les kiosques que le 21 novembre, a été pendant plusieurs heures le livre le plus acheté sur la librairie en ligne Amazon. En moins de 24 heures, le bouquin a connu une hausse de 75 000 % de ses ventes ! Mais il a été dépassé par un recueil de poèmes de Tomas Tranströmer, qui a reçu jeudi le prix Nobel de littérature.

The Economist a d’ores et déjà dévoilé la couverture de son prochain numéro, qui fera la part belle à l’œuvre de Jobs. Time a fait de même.

 



Le site de la BBC propose un dossier complet, à base de portraits, de déclarations de Jobs lui-même, mais également de photos en forme d’hommages de la part de fans du monde entier. À voir également : une infographie interactive retraçant l’évolution de la marque et sa valeur en bourse.

 

 

Toujours en Grande-Bretagne, The Guardian a recueilli les témoignages d’employés d’Apple, qui se rappellent de Jobs, de sa manière de travailler et de ce qu’il leur a apporté. Le journal a également recueilli des extraits d’entrevues et de conférences de Jobs pour compiler un portrait de la vision de Jobs sur la vie, la technologie ou encore Apple.

Dans un billet de blogue qui tranche avec la pléthore de portraits élogieux concernant Jobs, Ken Auletta, du New Yorker, y va d’un commentaire laconique : « Jobs n’était pas un être humain remarquable, mais il était une figure importante, évolutive et historique ».

Comme souvent dans le cas de la mort d’une célébrité, l’Internet fait la part belle à l’humour noir. Libération a recensé certaines créations à vocation humoristique, la plupart mettant en vedette Bill Gates.

Comment Apple va-t-il survivre à la mort de son charismatique cofondateur (qui avait toutefois officialisé son retrait de la compagnie en août dernier) ? La question brûle les lèvres de nombreux observateurs et acteurs du monde des affaires. Selon L’Express, « l’avenir d’Apple semble assuré ». L’Usine nouvelle, qui a enquêté sur le sujet, abonde dans le même sens, assurant que « la vie d’Apple continue ». Bloomberg Businessweek affirme même que l’entreprise à la pomme croquée a le marché chinois dans sa mire.

Au Québec, Cyberpresse présente une infographie intitulée « Ce que vous ne saviez peut-être pas sur le cofondateur d’Apple ». Radio-Canada dresse le portrait d’un « homme inspirant » à l’aide d’une carte biographique.

Si Steve Jobs restera toujours et avant tout connu au travers de la compagnie Apple, certains médias provenant du monde du septième art tel que Première se sont attelés à rappeler ce que Jobs a apporté au cinéma, via la société Pixar. À noter qu’une adaptation de la vie de Steve Jobs a déjà fait l’œuvre d’un téléfilm, en 1999.

Le Nouvel Observateur et Le Parisien sont tous deux aller puiser dans les archives télévisuelles française pour dénicher certaines pépites de reportages et de publicités.

Mais s’il est une vidéo qui est vue et partagée plus que toutes, c’est bien le discours de Jobs lors de la remise de diplôme de l’Université Stanford, en juin 2005. Dans cette vidéo particulièrement percutante, il tient d’ailleurs le propos suivant : « la mort est probablement la plus belle invention de la vie ».

The Guardian a proposé un transcript (en anglais, donc) de ce discours.

 

À lire aussi :

« Apple après Jobs », billet de la journaliste Kathy Noël sur le site Internet Affaires sans frontières.
« Pourquoi Steve Jobs a marqué ma vie », billet de Pierre Duhamel.

 

Impossible d'ajouter des commentaires.