Hydro-Québec : le débat se poursuit

Le Trésor public québécois se prive-t-il de millions, voire de milliards de dollars, parce que la direction d’Hydro-Québec ne gère pas ses affaires assez efficacement ? L’économiste Pierre Fortin et le PDG d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, croisent le fer sur cette question.

par L'actualité
Hydro-Québec : le débat se poursuit

Photo : N. Jennings / CC 2.0

Le PDG d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, a sorti sa plume pour répondre à la chronique « Hydro-Québec : Legault a raison », signée par Pierre Fortin dans le magazine L’actualité. Dans ce texte, l’économiste reprenait l’argument soulevé lors de la dernière campagne électorale par François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), selon lequel la société d’État pouvait réaliser des économies annuelles de 600 millions de dollars.

Pierre Fortin explique qu’Hydro-Québec pourrait même économiser deux milliards de dollars annuellement, tel que l’avait conclu une étude de l’actuaire et financier Claude Garcia.

 

Lire « Hydro-Québec : Legault a raison » >>

 

Dans une longue lettre courtoise envoyée à Pierre Fortin, Thierry Vandal a contesté cette évaluation. Selon lui, l’étude de Claude Garcia repose sur des comparaisons injustifiées entre Hydro-Québec et des entreprises américaines qui n’ont ni le même type d’activité, ni un territoire comparable à couvrir. « En fait, l’échantillon et la formule de comparaison proposés par Garcia traduisent une profonde méconnaissance du secteur de l’électricité en Amérique du Nord », écrit-il.

Lire la lettre de Thierry Vandal à Pierre Fortin >>

 

En se basant sur les critiques de Thierry Vandal, Pierre Fortin a examiné de plus près les arguments avancés par Claude Garcia. Sa conclusion est limpide. « Au total, l’estimation de Garcia à l’effet que deux milliards de dollars d’économies annuelles sont à la portée d’Hydro-Québec survit sans difficulté à la critique de Vandal. Cela correspond à une régularité historique et universelle : laissé à lui-même, le monopole est intrinsèquement pervers », dit Pierre Fortin, qui se dit toutefois opposé à la privatisation intégrale d’Hydro-Québec réclamée par Claude Garcia.

Lire la réponse de Pierre Fortin >>

 

Impossible d'ajouter des commentaires.