L’extraordinaire machine québécoise à créer des emplois

par

L’économie du Québec avance à pas de tortue, mais elle créé des emplois à un rythme étonnant.

Le Québec compte 129 900 emplois de plus depuis 12 mois, ce qui correspond à 45 % de l’augmentation canadienne. Plus intéressant encore, le secteur privé, avec 134 500 emplois de plus, compensait les pertes enregistrées dans le secteur public. Il y a dans cette seule phrase trois bonnes nouvelles : beaucoup d’emplois sont créés, le secteur public est en régime minceur et le secteur privé semble capable de prendre la relève.

Le rythme de création d’emplois a diminué le mois dernier, mais le Québec a tout de même réussi à ajouter 5500 emplois, alors que l’Ontario (-31 200) et la Colombie-Britannique (- 15 900) subissaient des pertes.

Comment expliquer une telle performance compte tenu de l’anémie de l’économie ?

Joëlle Noreau, économiste principale au Mouvement Desjardins, met les choses en perspectives. Le Québec était en mode rattrapage en 2012 après une année misérable en 2011. Le Québec subissait une saignée de 69 500 emplois au quatrième trimestre de 2011, dont 52 000 emplois de moins dans le secteur privé. L’ensemble du Canada ajoutait près de 200 000 emplois en 2011, dont 91 000 emplois en Ontario, alors que le Québec en perdait 51 000.

Il n’empêche que ces 130 000 emplois de plus depuis 12 mois sont impressionnants. Il y a néanmoins un revers à cette médaille. Si les employeurs embauchent sans augmenter leur production, c’est que la productivité régresse et que les entreprises québécoises sont moins compétitives face aux concurrents étrangers, ici et sur d’autres marchés. Cela est préoccupant.

Par contre, il y a sur le marché des milliers d’emplois à combler. Plusieurs entreprises sont à la recherche de personnel qualifié. Cela peut expliquer en partie pourquoi l’emploi est à la hausse alors que la croissance économique est chétive.

Autre facteur à surveiller. Le marché de la construction résidentielle était encore très robuste en 2012 au Québec. Les données de janvier laissent voir un certain tassement qui pourrait avoir un impact sur le marché de l’emploi.

À suivre.

Voici un tableau provenant des Études économiques de Desjardins :

16 commentaires à propos de “L’extraordinaire machine québécoise à créer des emplois

  1. Rétrolien: Le retour de : Temps dur pour les détracteurs du modèle québécois | Le blogue de Jean-François Lisée

  2. 845,000 fonfons au Québec
    1,356,000 en Ontario
    3,621,000 au Canada

    Le Québec compte 8 millions d’hab, l’Ontario 13, le Canada 35

    Étonnant. Vraiment étonnant alors qu’on n’arrête pas de nous dire qu’on a trop de fonctionnaires au Québec! Ces chiffres parlent plutot d’un manque de fonctionnaires par rapport au Canada.

  3. Donc le Québec na pas à craindre la réforme de l’assurance-emploi.

  4. Employé de la fonction publique pat 1000 habitants:

    Québec: 98,3
    Ontario: 82,8

  5. Commentaire # 1:

    Tiens…Lisée qui fait du troll maintenant?

    Eh ben…

    Ça commence à sentir le fons de baril chez les Péquistes!

  6. Sur les fonctionnaires au Québec :

    Pour bien comprarer les provinces entre elles, il faut prendre l’emploi public total, car dans certaines provinces (ex : Ontario et Alberta, les municipalités assument certaines resposnabilités qui le sont par le gouvernement provincial ici.

    Bref, quand on prend en comtpe l’ensemble de l’emploi public, et qu’on le met en contexte par rapport au nombre d’emplois publics par 1 000 habitants, ou en pourcentage de l’emploi total, le Québec est en milieu de peleton au Canada : http://etatscanadiens-canadiangovernments.enap.ca/fr/nav.aspx?sortcode=1.0.2.0

  7. Ce que je trouve intéressant de cette nouvelle, c’est qu’on nous a cassé les oreiiles tout l’automne comme quoi les hausses d’impôts allaient saigner à blanc notre économie. Et on continue à essayer de nous faire croire qu’il faut toujours baissé les impôts des entreprises…

  8. Taux d`Emploi au Canada 2011 :

    Canada : 61.8

    TNL : 52.5
    IPE : 60.4
    NE : 58.1
    NB : 56.8
    QUE : 60.1
    ONT : 61.6
    MAN : 65.5
    SAS : 65.7
    ALB : 69.7
    CB : 60.2

    Malgré ce que disent les socialistes, Lisé, les partisans des gros gouvernements et des grosses taxes et impôts sur les biens-faits de leur système, le Québec est à la traîne avec une dette immense.

  9. Les semaines de travai au Canada, heures travaillées 2011 :

    CAN : 36.4
    TNL : 38.5
    IPE : 37.2
    NE : 36.2
    NB : 36.6
    QUE : 35.4
    ONT : 36.4
    MAN : 36.4
    SAS : 38.3
    ALB : 38.5
    CB : 35.4

    Le Québec, toujours à la traîne….

  10. jack2

    Ne pas confondre secteur public et effectif total public.

  11. Comment sauver des emplois en pellantant son déficit :

    «les mesures d’exception adoptées par le ministère de l’Enseignement supérieur pour permettre aux universités d’absorber des compressions de 250 millions sur deux ans. Ces mesures consistent à modifier les règles budgétaires et à leur permettre de faire des déficits qu’elles devront résorber d’ici cinq ans.»

    http://www.journaldemontreal.com/2013/02/12/les-commissions-scolaires-crient-au-scandale

  12. Le colonisé dénigre toujours son peuple.

    Le colonisé encense toujours son maître.

  13. @jackwood – Pourquoi voir le verre à moitié vide? Vos chiffres démontreraient plutôt que le Québec a une meilleure qualité de vie. C’est d’ailleurs ce qu’on nous envie le plus dans le ROC.

    Vive la semaine de 4 jours!

  14. @ Gina Bisaillon (# 16):

    La « qualité de vie » est une mesure on ne peut plus personnelle et très…très subjective.

    Là où vous verrez des avantages, d’autres y verront des inconvénients et vice versa. Bref, c’est tendancieux comme évaluation.

    Les chiffres, eux, sont têtus et objectifs, or, que disent ces chiffres à propos du Québec? Nous sommes l’endroit le plus taxé et le plus endetté en Amérique du Nord Madame.

    C’est clair qu’avec ce genre de situation, que notre « qualité de vie collective » ne pourra durer longtemps car elle se fait à crédit et aux dépens de NOS ENFANTS!!!