L’illusion des calories

Cette année, c’est décidé, vous allez perdre du poids. Bonjour les appareils de torture au centre d’entraînement. Adieu desserts, sucreries et alcool. Pour vous soutenir dans une telle démarche, un incontournable s’impose: le calcul des calories. Vraiment?

par   0

Un outil d’un autre siècle

Le calcul des calories — une mesure d’énergie — a d’abord servi à déterminer les besoins énergétiques d’une personne. Les médecins du XIXe siècle voulaient s’assurer que les gens s’alimentaient suffisamment. Ils se sont appuyés sur les travaux du chimiste américain Wilbur Atwater. Ce dernier avait passé des aliments et des excréments humains dans un calorimètre, et établi qu’un gramme de glucides ou de protéines équivaut à quatre calories et un gramme de lipides à neuf. Plus de 100 ans après les travaux d’Atwater, ces valeurs caloriques sont toujours utilisées. Ce n’est toutefois plus la malnutrition qui inquiète les médecins, mais les problèmes d’obésité. Au Canada, un adulte sur cinq est obèse, selon les données de 2014 de Statistique Canada.


TQcBPLes personnes obèses sont-elles condamnées à être au régime toute leur vie pour ne pas reprendre les kilos perdus? Un ralentissement marqué du métabolisme expliquerait cette condition chez les personnes en surpoids. Guylaine Tremblay en discute avec Marjolaine Gingras, une ancienne obèse morbide. Ne manquez pas l’émission Banc public, diffusée le 10 janvier à 21 h sur les ondes de Télé-Québec.


Une méthode approximative

Le calcul des calories est tout sauf… précis! D’une part, les entreprises alimentaires se basent sur des grilles de données moyennes pour remplir les tableaux de valeur nutritive imprimés sur les emballages. D’autre part, trop de facteurs biologiques entrent en ligne de compte pour nous permettre de savoir exactement combien de calories nous dépensons dans une journée. L’âge, le sexe, le poids, les hormones, le métabolisme et la flore intestinale peuvent faire varier les calculs de plusieurs centaines de calories par jour. Autrement dit, vous pouvez manger la même portion de gâteau que votre voisin de table, mais prendre plus de poids que lui.

Les calories ne sont pas toutes égales

Quel aliment est le plus santé: un morceau de cheddar ou une tartine de beurre d’arachides? Difficile à dire. Au-delà du nombre de calories, les valeurs nutritives d’une collation ou d’un repas incluent trop de facteurs pour qu’on puisse les comparer en un coup d’œil. Lueur d’espoir: une équipe de l’Univer­sité Yale a mis au point un indice uni­que — le NuVal — pour réduire le charabia des tableaux de valeur nutritionnelle à un seul nombre. Les aliments sont ainsi classés sur une échelle de 1 à 100 en fonction de leur valeur nutritive par calorie. Cette appro­che globale, mais encore peu présente dans l’industrie alimentaire, permet donc de comparer les pommes… et les oranges!

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour pouvoir commenter.