Lombalgie : il faut bouger

La formation des médecins devrait être améliorée pour qu’ils puissent mieux traiter la lombalgie, estime la Dre Aline Boulanger, des Cliniques de la douleur du CHUM.

par Dominique Forget

Photo : istockphoto

« Des médecins ont l’impression qu’il n’y a rien à faire. C’est faux. » Ceux qui souffrent de lombalgie, dit-elle, devraient suivre un programme d’exercices. Au besoin, ils pourront aller vers la physiothérapie, les anti-inflammatoires ou les relaxants musculaires. Puis vers les infiltrations, de cortisone par exemple, et enfin vers les antiépileptiques, les opiacés ou la chirurgie.

Selon un sondage de la société pharmaceutique Eli Lilly Canada, 62 % des Canadiens qui ont reçu un diagnostic de lombalgie chronique n’ont pas discuté d’un plan de traitement avec leur médecin. On pourrait donc faire mieux.

 

Impossible d'ajouter des commentaires.