L’attentat de Québec est unique en Occident

Jamais une attaque dans une mosquée n’a fait autant de victimes en Amérique du Nord et en Europe. L’attentat de Québec est également un cas à part en ce qui a trait au modus operandi du tueur au Canada.

par   28
Un policier surveille le Centre culturel islamique de Québec. (Photo: André Pichette/EPA)

Un policier surveille le Centre culturel islamique de Québec après l’attentat survenu le 29 janvier 2017. (Photo: André Pichette/EPA)

L’attentat contre les croyants qui fréquentent le Centre culturel islamique de Québec est une anomalie dans le paysage sanglant du terrorisme en Occident: jamais une attaque dans une mosquée n’a fait autant de victimes.

L’attentat de Québec, qui a fait six morts et cinq blessés graves, est également un cas à part en ce qui a trait au modus operandi du tueur. Jusqu’au dimanche 29 janvier 2017, au Canada, jamais quelqu’un n’avait fait irruption dans un lieu de culte — mosquée, église, synagogue ou temple — en étant armé pour abattre des civils.

Un nouveau pas a été franchi dans la progression de la terreur. Et le Canada n’est plus l’une des rares oasis de tolérance religieuse dans le monde occidental.

Selon la Global Terrorism Database de l’Université du Maryland, ce type d’attentat terroriste est tristement courant en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud, mais pas en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest, a constaté L’actualité après une analyse des attaques perpétrées sur la planète de 2000 à 2015. En Occident, les attentats terroristes dans les mosquées sont rares, à peine 2 % de tous les attentats, et il n’y avait eu aucune victime à déplorer jusqu’à présent, sauf en une occasion en 2012 en Belgique, avec un mort et un blessé.

En fait, jusqu’à dimanche soir, le Canada avait été particulièrement préservé des attaques mortelles contre des fidèles, peu importe leur confession. De 2000 à 2015, 133 attentats ont visé des mosquées, des églises, des synagogues ou des temples en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest, causant 24 morts et 28 blessés. Seulement trois (deux cocktails Molotov contre des synagogues et un incendie dans une mosquée) s’étaient déroulés au Canada, sans faire de victimes.

Lorsque les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard se sont adressés à leurs concitoyens au lendemain de la tragédie, dans des discours solennels à la Chambre des communes et à l’Assemblée nationale, ils ont dû trouver les mots justes devant cette attaque sans précédent contre une mosquée. En Amérique du Nord, il faut remonter à janvier 1990 pour trouver le dernier attentat meurtrier dans un lieu de culte musulman, à Tucson, en Arizona. Le ton devait être le bon. «Je tiens à m’adresser directement aux plus d’un million de Canadiens de confession musulmane, a notamment affirmé Justin Trudeau. Nous sommes avec vous. Trente-six millions de Canadiens ont aussi le cœur brisé. Et sachez que nous tenons à vous. Vous apportez une contribution inestimable au pays que nous partageons. Vous êtes ici chez vous.»

Les politiciens ont également dû adapter leurs discours au caractère distinct de l’attentat, puisque la cible choisie par le tueur n’était pas, contrairement aux récentes attaques terroristes au Canada, des symboles étatiques, comme le parlement ou des militaires…

La seule agression terroriste dans une mosquée en Amérique du Nord qui avait fait une victime auparavant s’était produite en 1990, à Tucson, en Arizona. L’imam Rashad Khalifa avait été poignardé alors qu’il se trouvait dans la cuisine du lieu de culte. Les auteurs du crime, qui appartenaient à une secte fondamentaliste au sein de la communauté islamique, n’appréciaient pas la manière dont l’imam interprétait le Coran.

Les attentats officiellement étiquetés comme «terroristes» dans la Global Terrorism Database ne comprennent pas les menaces et les crimes haineux — tels un graffiti ou une tête de porc laissée devant une porte. Le terrorisme est défini comme un geste intentionnel, violent et illégal, commis par une personne pour lancer un message d’ordre politique, religieux ou autre à l’ensemble de la société, par l’usage de la force.

De 2000 à 2015, 14 attaques ont été commises contre des mosquées en Amérique du Nord, dont une seule au Canada, à Peterborough, en Ontario. Cette dernière s’est produite le 14 novembre 2015, alors que la mosquée Al-Salam a été incendiée. Personne n’a revendiqué l’attentat. Aucune de ces 14 attaques n’a fait de victimes, contrairement à l’attentat de Québec.

Si les attaques terroristes contre des mosquées en Occident sont rares et font peu de victimes, il en va autrement dans les autres régions de la planète. Ce que Québec a malheureusement vécu se produit régulièrement en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud, où les lieux de culte musulmans sont au centre des tirs croisés entre religions ou courants sectaires au sein des populations. En 2015 seulement, dans ces trois régions du monde, 842 personnes ont péri dans des attaques dirigées contre une mosquée, et 1 648 ont été blessées.

Les musulmans sont d’ailleurs les plus éprouvés par les attentats terroristes, tous types confondus. Même si 100 pays ont été touchés par au moins une attaque en 2015, 69 % des victimes y ayant trouvé la mort étaient originaires de cinq pays à forte majorité musulmane: Irak, Afghanistan, Nigeria, Syrie et Yémen.

28 commentaires à propos de “L’attentat de Québec est unique en Occident

    • Inventer par un journaleux de LCN qui n’ a pas été en mesure de vérifier sa nouvelle !!! Comme disait Pierre Bruneau : RIGUEUR,RIGUEUR !!!! Ce type croyait se sauver des terroristes et c’ est lui qui a été mentionné comme un terroriste dans les médias dans le monde entier !!! Par la suite Pierre ( rigueur ) Bruneau mentionne à l’ émission spéciale que: c’ est rare qu’ un groupe de musulmans se fait attaqué et qu’ habituellement c’ est les musulmans qui attaquent !!! On peut mettre cela sur la fatigue ou un lapsus!!!

      Répondre

  1. Bilan dramatique comparable à celui d’un attentat terroriste, il n’en est pas à proprement parler un.Alexandre Bissonnette n’a pas agi au nom d’un groupe particulier, et aucun, Dieu merci, n’a revendiqué son geste. Connu, selon son entourage, pour ses sympathies « d’extrême droite », il n’est cependant pas un militant. «Trolleur» de réseaux sociaux,il s’en prend aux femmes, aux minorités.
    Amateur de films d’horreur, il adore le maniement des armes. Il vit en solitaire.
    Il commet son acte et quelques minutes plus tard, la réalité le rattrape et il appelle les policiers pour se rendre. C’est de toute évidence un grand déséquilibré. Et une question s’impose: Quelle sorte de violence nos sociétés multiculturelles déstructurées et peuplées de déjantés sans repère sont-elles en train de générer ?

    Répondre

    • En effet monsieur Ricard. Depuis une vingtaine d’années, les technologies de l’information et tout particulièrement les fameux réseaux sociaux ont donné aux jeunes une cache qu’ils recherchaient depuis longtemps.

      Beaucoup de jeunes vivent en marge car les baladeurs depuis le début des années 80, puis les téléphones cellulaires depuis 15 ans leurs permettent de discuter avec des personnes qu’ils n’ont jamais rencontré pour discuter des enjeux politiques et sociaux de ce monde sans savoir qui sont les personnes à l’autre bout de la ligne.

      Puisque la violence est à la UNE des films depuis 30 ans et jeux vidéos depuis 20, les jeunes qui sont en quête d’émotions fortes s’y perdent puisque la violence gratuite et de plus en plus extrême a façonné leur caractère dépourvue de toute empathie et jugement critique.

      La société a laissé cette égémonie annoncée, s’étendre partout sous tout type de médias dans les familles, les écoles, au travail, en public etc. Le manque d’attention des parents qui préfèrent travailler pour avoir deux autos, deux motoneiges, des vacances dans le sud ou en Europe, une maison deux fois trop grande etc, a causé un manque aux besoins les plus fondamentaux des enfants et adolescents.

      Mais le malheur est que cette violence n’est qu’à son début et la courbe qui progressait lentement il y a à peine 10 ans, progresse de plus en plus rapidement. Avec le fou furieux au sud de notre frontière, « Trumpvader », nous assisterons mais aussi, vivrons, une radicalisation aux USA et au Canada où les groupes se sentiront à l’aise pour préparer des carnages.

      C’est la méthode bien connue de diviser pour mieux règner qu’ont pratiqué les politiciens des pays soi-disant développés qui atteindra un paroxysme irréversible en peu de temps.

      Je n’ai pas hâte de vivre en 2027 car je sais très bien ce qui nous attend et verrons d’ici là, carnages après carnages. Alors que les jeunes agissaient presque toujours seuls, ils en viendront tout comme en Europe, des groupes organisés pour tenter de déstabilisé le pays.

      Nous avons, collectivement, ignoré ce qui se tramait puisque tous, nous disions que « cela » ne pouvait plus durer (cela étant un appauvrissement des familles qui ne considère la réussite que par l’argent » mais au lieux de s’occuper des problèmes, la presque totalité a préféré se tourner la tête et vivre sous l’aveuglement volontaire et le « pas dans ma cours ».

      Le dogme du « toutt dans les bras et rien dans tête » fit son chemin et depuis longtemps est devenu la maque de commerce de résolution de petits conflits, ce n’est plus en parlant mais bien à coup de poing que les jeunes règlent leurs différents, les plus petits s’écrasent et les plus gros augmentent la violence pour obtenir ce qu’ils veulent, même ce qui ne leur appartient pas, le tout, au gré des années et décennies et devrons en vivre les répercussions.

      Une bien mauvaise décennie s’annonce et trois décennies d’abuseurs du système en voudront encore plus. J’ai bien peur que nous entrons dans une période de « je suis incapable de m’acheter une maison que je ne peux me payer et bien personne en auront une » .

      Le nombre de « citées » fermées avec système de caméras et agents armés à l’entrée des domaines est devenue banale aux USA, leur nombre ayant décuplé en moins de quatre années alors qu’il avait décuplé en moins de 8 années durant la période précédente. Des soi-disant oasis de paix qui ne sont en fait que des prisons privées où les résidents se coupent du reste des citoyens des villes. Il ne s’agit pas ici de maisons à coup de millions mais de maisons de 300,000$.

      Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa…

      Répondre

      • Très pessimiste comme vision d’avenir. Vous brossez un portrait décadent de notre société. Espérons que votre boule de cristal soit embrouillée quant à l’avenir, bien que je ne me leurre pas trop…

        Répondre

    • j’ approuve !

      Répondre

  2. Bon article qui met les choses en perspective.

    Tuer des innocents est un geste si extrême que (en tout cas en temps de paix…) même les plus fervents et radicaux supporters d’une cause n’iront pas jusque-là à moins d’être déconnecté de la réalité par des problèmes psychologiques ou par le fanatisme religieux. Pratiquement aucune des tueries d’innocents en occident et ailleurs dans le monde ne sort de ce cadre.

    Bref sans vouloir banaliser quoique ce soit je pense qu’on peut dire que cet événement est une rare exception.

    Répondre

    • Malheureusement tout premier acte d’un type donné était une rare exception… Espérons et travaillons à ce qui le reste.
      Car si d’autre événement similaire commence à survenir l’un après l’autre, il ne sera plus l’exception.

      Répondre

  3. D’accord avec vous M. Ricard. S’il s’agit vraiment d’un acte isolé, cela nous renvoie a la question: dans quelle société vivons-nous? Est-ce le produit d’un jeune en dérive qui n’a plus de points de repère dans un monde ultra-individualiste ou plus rien n’a de la valeur?

    Répondre

  4. Selon le Larousse, le terrorisme réfère à un ensemble d’actes de violence commis pour le compte d’une association pour créer un climat d’insécurité ou renverser un gouvernement. Est-ce vraiment le cas de Québec? Par comparaison, est-ce que les tireurs fous qui sévissent aux États-Unis sont qualifiés de « terroristes »? J’en doute.
    Mon commentaire n’enlève rien au caractère d’horreur de l’événement mais il s’agit bien d’un déséquilibré, d’un pauvre jeune fou ou d’un illuminé peut-être mais sûrement pas d’un terroriste.

    Répondre

    • Absolument Bissonnette a semé la terreur dans la communauté de Québec mais ne s’ apparente pas du tout a un terroriste ! D’ autant plus qu’ il était en état d’ ébriété et ne semblait pas normal ! ¨Probablement une maladie mentale qui sait!!

      Répondre

  5. Les victimes et leur famille ont besoin d’un traitement plus posé et plus intègre de ce qui s’est produit et qui est l’oeuvre d’un individu dont les traits de personnalité semblent révéler une psychopathie :
    1- Il ne ressent rien pour les autres
    2- Il n’avoue jamais sa culpabilité
    3- Il dévalorise les autres sans cesse
    4- Aucune relation sociable durable
    5- Paranoïaque, il s’énerve rapidement
    6- La tromperie continuelle
    7- L’indifférence froide
    8-Le langage.

    Le cas est isolé.
    La pondération est requise.
    La récupération propagandiste des faits est à proscrire.
    Les victimes ne doivent pas être utilisées.

    Je présente à leurs proches mes sincères et respectueuses condoléances,

    Patrick JJ Daganaud

    Répondre

    • À la lecture de vos 8 critères pour révéler une psychopathie, C’est une parfaite description de Donald J. Trump et oui, il a une certaine responsabilité dans ce triste événement de Québec. :(

      Répondre

  6. Ici nour avons un pur laine (horrible terme s’il en est) qui s’en prend à une mosquée. N’y a-t-il pas eu un prêtre abattu par un musulman lors d’une messe en Europe? L’un et l’autre sont horribles: c’est seulement notre propension à vouloir être « distincts » en tout, même le meurtre, qui me déplaît. Nous ne sommes ni mieux ni pires que les autres, seulement tristement pareils, à un Trump près… pour l’instant.

    Répondre

  7. Je crois que votre comparaison devrait inclure les tueries dans les lieux de culte des USA. Ce sera instructif de voir les parallels entre Ste-Foy et ces crimes plutôt qu’avec le terrorisme. Dans ce contexte Ste-Foy n’est plus unique, mais fait partie d’une autre mouvance d’intolérance qui s’étend en amérique du Nord et qui est avivée par les radios poubelles et certains polititiens.

    Répondre

    • Des noms SVP. Quand on avance des présomptions semblables, il faut les démontrer. Quelles sont ces radios poubelles et ces politiciens, et que propagent-ils ?
      Je vois ce qui se passe en France et je vois ce qui se passe ici. Ici, on ne discute pas si ça ne vient pas de la gauche bien-pensante. Tout ce qui vient de la droite, c’est du fascisme, du nazisme, du léninisme et tous les « ismes » qu’on peut trouver, et ça se termine là les débats, les discussions. Comme si absolument rien de bon pouvait venir de la droite et pour preuve, seulement deux animateurs de radio Canada ont osé interviewer Marine LePen lors de son passage au Québec; Anne-Marie Dusseault de façon très maladroite et biaisée, et Michel C. Auger de façon très biaisée lui aussi. J.F. Fillion a par contre passé une très bonne entrevue avec Le Pen, ce fut intéressant à écouter, et pourtant, je n’aime pas particulièrement Fillion. Et avec le temps, on s’aperçoit que la gauche bonbon, dont certains commencent à s’éveiller, emprunte de plus en plus les idées et solutions de cette droite qui la répugne. Ce qui démontre que dans le cercle vicieux de la politique, l’extrême gauche finit inévitablement par croiser l’extrême droite. N’est-ce pas un peu paradoxale ?
      Pour en revenir à la tuerie à la mosquée de Québec, je la déplore comme tout le monde, une telle horreur ne devrait pas exister, et pour le reste, pour ce que l’avenir nous réserve, je vais laisser au temps le temps de guérir les plaies et nous verrons ce qu’il adviendra de toute cette empathie et ces bons souhaits.
      L’humain étant ce qu’il est, j’ai trouvé intéressant l’article de M.B. biochimiste ci-bas.
      Bonne journée à tous.

      Répondre

      • C’ est probablement ce Denis B un autre personne qui ne demeure pas à Québec et qui sans doute n’ écoute pas la radio de Québec !! Et lorsqu’ il parle de mouvance d’ intolérence en amérique du Nord , c’ est probablement une bulle d’air dans son cerveau !! M. Denis B un fou , c’ est un fou ne croyez-vous pas ?

        Répondre

  8. Quand ce sont des groupes religieux qui sont attaqués, on parle de terrorisme. Quand c’est Mme Marois, ou les jeunes femmes de la polytechnique, on parle d’un déséquilibré. Quand ce sont des cliniques d’avortement aux États-Unis, on évite de parler d’actes terroristes, alors que ce sont des extrémistes religieux chrétiens qui agissent. Par contre, quand des policiers tuent des noirs, on parle de racisme, mais seulement de vengeance, et non de racisme, quand des noirs tuent des policiers… Des discours différents pour vendre son idéologie.

    Alexandre Bissonnette aurait pu agir contre n’importe quel autre groupe. S’il avait été anti-PQ, et que Marois avait été élue aujourd’hui, il aurait peut-être pris la place de Richard Bain. Il aurait pu être Lortie à l’Assemblée nationale ou Lépine à la polytechnique. S’il avait été plus sociable, peut-être aurait-il joint une organisation criminelle. Dans les années 60-70, il aurait pu être du FLQ, un groupe terroriste québécois, affilié à la religion indépendantiste. La différence entre religion et idéologie criminelle n’est souvent que sémantique… En science des religions, on ne voit pas vraiment de différence entre les deux.

    Quant à la xénophobie, il faudrait que les gens se réveillent: elle fait partie de l’humain, de notre psychologie profonde. Ce qui suit est un résumé d’un modèle développé par le primatologue Frans de Waal, dans son livre Primates et philosophes. Pour chaque individu, ce qui est le plus important, en ordre décroissant, c’est 1) son propre bien-être (égocentrisme), 2) celui de sa famille proche ou de son groupe social. 3) sa communauté culturelle ou cultuelle (religieuse) 4) son groupe élargi (pays ou province), 5) l’ensemble de l’humanité, 6) les humains et les animaux et 7) la planète, avec son écologie, sa faune et sa flore. Plusieurs humains ne dépassent pas l’égocentrisme. Dans la population en général, je maintiendrais que les gens vont aux niveaux 2 à 4. En temps de paix et d’abondance, on a davantage d’idéalistes qui peuvent aller jusqu’au niveau 7 et par exemple, faire la promotion des droits des animaux. Les animaux sociaux vont jusqu’au niveau 2.

    En temps de guerre ou de famine, l’importance des niveaux 3-7 diminue énormément. La xénophobie monte en flèche. C’est un mécanisme adaptatif qui permet la survie de l’individu et de son groupe proche, aux dépens des autres. Nous sommes ce que nous sommes parce que nous avons éliminé nos compétiteurs, nos adversaires, qu’ils soient autochtones, tribaux ou animaux.

    Finalement, il faut aussi comprendre la psychologie humaine. L’empathie est liée au développement du lobe frontal, et cette empathie se développe tard chez l’humain (et plus tard chez l’homme que chez la femme). Les criminels sont souvent dans le début de la vingtaine, et les adolescents sont souvent imperméables à toute tentative de leur faire comprendre ce qu’est l’empathie.

    En conclusion, je ne dis pas qu’il n’y a rien à faire, mais seulement qu’étant donné notre biologie et notre psychologie il y aura toujours de la violence chez l’espèce humaine, parce que cette violence est ce qui nous a propulsés en haut de l’échelle biologique. Alors, croire qu’on peut éliminer toute cette violence, c’est une idéologie et un rêve inatteignable. De la science-fiction, de l’idéalisme. Même si c’est souhaitable dans une société, il y a une limite à ce qu’on peut faire pour aller à l’encontre des milliards d’années d’évolution qui ont fait de notre espèce le prédateur ultime sur Terre (au moment présent). Et c’est sans oublier que notre pensée et régie par des neurotransmetteurs dans notre cerveau, et qu’un léger déséquilibre de ces neurotransmetteurs, ou une lésion cervicale, peut nous transformer en zombie ou en criminel endurci.

    Estimons-nous extrêmement chanceux qu’il n’y ait pas plus de violence que cela en Amérique du Nord. On peut continuer de la combattre, mais méfions-nous de ces pseudo-analyses rationalisantes qui ne parlent que de xénophobie religieuse et qui jettent le tort sur une société ou un groupe particulier.

    MB, biochimiste

    Répondre

  9. Qu’est-ce qui ne va pas au Québec ?.. Les événements d’octobre, l’enlèvement d’un diplomate britannique, l’assassinat de Pierre Laporte, la tuerie à l’Assemblée nationale, le carnage de Polytechnique, l’attentat contre l’université Concordia, l’attaque de Richard Bain, ce bain de sang à la mosquée de Québec… et j’en passe… Les analystes ont beau parler de la menace terroriste au Canada, c’est au Québec que ces choses se produisent… Et dans la foulée des agressions sexuelles sur son campus, quel est le rôle de l’Université Laval et de son département des sciences sociales dans tout ça ? J’ai triste mémoire des résultats catastrophiques en Gaspésie du Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ) dont les chercheurs provenaient de cette université…

    Répondre

  10. Vous semblez oublié les nombreux attentats commis a travers le monde et au Québec contre les synagogues par une certaine communauté qu`ìl serait mal vu de nommer actuellement.

    Répondre

    • Nommez- moi au Québec les attentats qui ont été commis contre des synagogues au Québec par une certaine communauté……?

      Répondre

      • A Montreal, dans la nuit de vendredi a samedi (les 18 et 19 mars 2010).
        Nouvelle publiée sur le site de Radio-Canada mercredi le 24 mars 2010.
        Ce fut considéré comme un crime haineux.
        Plus tard on apprendra les noms de ceux qui ont perpétré ce crime haineux.
        En cette période sensible, je préfère ne pas révéler leur identité.

        Répondre

      • A montréal, attaque contre une synagogue dans la nuit de vendredi a samedi (les 19 et 20 mars 2010).
        Publié sur le site de Radio Canada le 24 mars 2010.
        Ce crime a été considéré comme un crime haineux.
        Quelque temps plus tard les auteurs de ce crime haineux ont été appréhendé.
        En cette période difficile, je me réserve le droit de ne pas divulguer leur nom

        Répondre

  11. Les terroristes de confessions Musulmanes le deviennent à cause de l’influence des prêcheurs extrémistes Musulmans. Ces terroristes sont, à la base, des personnes fragiles, influençables et veulent se sentir utiles à une cause. Cependant, leur cause n’a rien à voir avec ce qu’est véritablement le Coran qui, soit dit en passant, est un livre de paix, de justice et d’amour. Espérant que ça vous rappelle la Bible pour les Judéo Chrétiens. On reproche, avec raison, à l’Église Catholique de nous avoir bernés pendant des siècles, de nombreux prêtres ont mentis et ont fait croire aux pratiquants toutes sortes d’imbécilités qui souvent sont sexistes, racistes et intolérants. Au Québec, une majorité de la population ont fini par rejeter le catholicisme en raison des interprétations que les prêtres ont eu de la Bible. Ceci est arrivé dans nombreux pays aussi.

    Les Musulmans vivent avec le même problème. Ils écoutent les menteries et les fausses interprétations de ces grands leader spirituels de cette confession. tristement, certains d’entre eux sont mal intentionnés, dangereux, radicaux et extrémistes. Des ignorants, des esprits fragiles, des gens avec de sérieux problèmes psychologique ou psychiatrique croient aux atrocités de ces leaders. Le résultat est horrible puisqu’ils deviennent terroristes aussi car on leur fait croire qu’ils seront auprès de Dieu s’ils se sacrifient. Or, autant dans les religions chrétienne, juive et musulmane, il est clairement cité dans les commandements décrits par Moïse: « Tu ne tueras point ». Pourtant, depuis des milliers d’années, des gens de ces religions ont préconisé l’assassinat au nom de leur Dieu. Dieu merci, en 2017, il s’agit de petites minorités qui continuent à tuer au nom de leur Dieu. La très grande majorité des Musulmans prône la paix, la fraternité, la justice et l’amour.

    Or, depuis un an, en Amérique du Nord, un nouveau leader préconise le racisme ciblé contre les Musulmans ainsi que des gens de différentes races. Ces discours sont extrémistes et radicaux. C’est tellement évident que des organisations tels que le Klu Klux Klan, les organisations de type White Power ont refait surface auprès de plusieurs médias et réseaux sociaux. Le fameux leader que tous ont reconnu ne s’est jamais rétracté ni réellement se dissocier si ce n’est que sur le bout des lèvres de ces extrémistes et radicaux. Plusieurs croient les paroles de ce milliardaire dépravé sans éthique et démagogue.

    Il s’avère que Alexandre Bissonnette est une personne fragile et qui semble croire à des absurdités racistes et même sexiste. On ne peut que constater qu’il a entendu les absurdités et les mensonges de Trump. Cet automne, il a gagné ses élections. Ce qui représente que plusieurs personnes semblent être en accord avec cet énergumène. Le jeune instable Bissonnette croit que s’il fait un acte extrême, cela peut être correct. Je reconnais que Trump n’a pas pesé sur la gâchette. Il n’a pas ordonné de le faire. Cependant, ses discours amènent les fragiles et les malades comme Bissonnette à se sentir légitime de poser un tel geste qui cause une horrible terreur pour toute une population. C’est pour ces raisons que je dis que l’attentat dans cette Mosquée est un acte terroriste et que Trump, dans son bureau ovale, est en partie responsable de ces meurtres sauvages, gratuits et inacceptables au Canada.

    En dernier lieu, contrairement à de nombreux chefs d’État partout sur la planète, Trump n’a même pas fait d’effort pour exprimer des sympathies pour ces innocentes victimes musulmanes. Il a simplement laissé un de ses acolytes s’exprimer à sa place. Le plus triste est que le message de ce dernier n’a pas démontrer la moindre sympathie pour ces familles ni même de considération pour la ville, la province de Québec ni pour la population Canadienne. Ça en dit long sur ce nouveau président qui est en train de détruire la respectabilité des USA et de l’Amérique du Nord.

    Répondre

  12. J’ai l’impression que vous faites de l’amalgame avec le mot terrorisme : en effet, vous semblez considérer que seul les islamistes radicaux en sont. Ils n’ont pas inventé le terrorisme… Peu importe la race ou la religion des gens le terrorisme est plus répandu aux USA contrairement à ce que vous affirmez (vous vous contentez de considérer les attaques contre les mosquées, comme si les attaques d’autres lieux de culte étaient insignifiants : rappelez vous le jeune qui est entré dans une église afroaméricaine et qui a tiré sur tout le monde, tant qu’à faire, ça aussi c’est du terrorisme). L’attaque de Québec est arrivé dans un quartier que je connais tres bien, nous avons tous été profondément attristé et révolét de ce qui est arrivé. Le jeune homme qui a fait cela ne l’a pas fait au nom de sa religion… mais bien parce qu’il était très malade.

    Répondre

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour pouvoir commenter.